« Voter, c’est tweeter en vrai ! »

Lancement de la campagne #OuiJeVote

Vous hésitez entre deux candidats ? Entre faire la sieste ou marcher jusqu’au bureau de vote ? Voter blanc est un principe de vie que vous aimez revendiquer ? À chaque électeur sa façon de concevoir et de profiter, ou non, de son droit de vote. Vous avez jusqu’au 23 mars pour vous décidez et les candidats aux municipales feront tout pour que votre petit papier arrive bien dans l’urne !

Internet, un quartier où il est bon de se montrer

Les municipales sur Twitter

Les municipales sur Twitter

Pour ces élections municipales, les partis l’ont bien compris : les candidats doivent être visibles également sur Internet. En effet, selon un sondage Médiamétrie, 82% des Français possèdent actuellement une connexion Internet fixe ou via mobile, autrement dit la majorité des électeurs. Il est donc nécessaire pour les candidats d’être présents sur les réseaux tout en adaptant les informations selon l’outil utilisé. Sur Facebook, ce seront davantage les fans qui viendront chercher la page du candidat pour suivre vos actualités, comme dans un local de campagne, alors que sur Twitter, les utilisateurs auront tendance à davantage réagir, positivement comme négativement, comme sur la place du marché. Mais, avant même les réseaux sociaux, ce sont les sites web qui se doivent d’être les mieux travaillés, c’est la vitrine virtuelle des candidats et de leurs campagnes. Ces médias permettent ainsi de se détacher des médias traditionnels en  diffusant son propre contenu, sans intermédiaire, directement à ses électeurs. De plus, certains candidats comme Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet l’ont bien compris avec Vine ou Instagram, Internet permet de s’octroyer un peu de légèreté, de se montrer dans des moments moins conventionnels que d’habitude et ainsi de mettre en avant une facette plus humaine.

Photo Instagram de NKM

Photo Instagram de NKM

 

Tweet d'Anne Hidalgo

Tweet d’Anne Hidalgo

L’”humain” et la “sincérité” sont des facteurs importants car très pris en compte par les électeurs lors des élections municipales. Le candidat élu dirigera leur ville et donc directement leur quotidien, il est important qu’ils se sentent proches de  lui et que le candidat se mette en avant davantage personnellement qu’à travers son parti. De plus, les jeunes sont majoritairement présents sur les réseaux sociaux. À défaut de les voir en conseil de quartier, ils verront eux-mêmes les candidats sur Internet et se sentiront ainsi moins lésés et délaissés par la “classe politique”. Internet est bel et bien un prolongement de la ville de chacun des candidats.

Le tumblr Municiplol 2014

Le tumblr Municiplol 2014

Ceci étant, les candidats font très attention à ce qu’ils postent, se sachant traqués par les médias. Le Front National propose ainsi à toutes ses têtes de liste de créer un site web cohérent avec la nouvelle image du parti. De ce fait, il profite également de l’absence digitale des candidats des autres partis dans les petites villes pour se mettre en avant. Mais Internet se charge de répertorier toutes tentatives maladroites ou décalées de faire campagne, bien entendu.

 

Le porte-à-porte, l’évangélisme démocratique

Pour les indécis, les abstentionnistes, les “non-digital natives”, le face-à-face reste la meilleure chance d’être convaincu. Lors de la campagne de Barack Obama en 2008, les communicants ont revisité le porte-à-porte des vendeurs d’encyclopédies ou des prêcheurs de bonne parole. Grâce à des logiciels leur permettant de croiser les informations récoltées dans les bureaux de vote et autres, les militants ont pu connaître exactement les quartiers abritant le plus d’électeurs indécis. François Hollande a d’ailleurs repris cette tactique en 2012 et c’est maintenant Anne Hidalgo et Patrick Mennucci qui la reprennent respectivement à Paris et à Marseille. En sonnant aux portes des habitants à tendance de gauche ou simplement dans le doute, ces candidats pourront faire changer d’avis en moyenne 1 personne sur 14 contre 1 sur 100 000 avec l’affichage ou le tractage. En allant à la rencontre des gens, encore une fois, les candidats et leurs militants mettent en avant le côté humain, ce qui convaincra davantage les abstentionnistes qui ont tendance à être lassés des politiques qu’ils jugent inefficaces.

Les non-politisés, ces grands oubliés 

Infographie du site ouijevote.fr

Infographie du site ouijevote.fr

Lundi 17 février, le premier ministre Jean-Marc Ayrault, et le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, ont dévoilé la campagne d’incitation au vote du gouvernement intitulée “#OuiJeVote”. Cette campagne vise principalement les moins de 35 ans à travers un dispositif digital et très “social” avec des slogans comme « Voter, c’est tweeter en vrai« .Après un taux d’abstention record aux élections municipales de 2008 avec une participation de seulement 66,5%, le gouvernement souhaite remotiver les électeurs et plus particulièrement les non-politisés. Compte Twitter et Facebook, vidéos Vine et Youtube, infographies modernes, site web responsive design, spots radio… Tout est fait pour que les Français et en particulier les jeunes, prennent conscience, au-delà des convictions politiques, que leurs voix comptent mais surtout qu’il est “simple” d’aller voter.

Tweet du Ministère de l'Intérieur avec le spot #ouijevote

Tweet du Ministère de l’Intérieur avec le spot #ouijevote

En effet, les politiques ont tendance à oublier que, avant tout, comme le dit la politologue Céline Braconnier “l’abstention c’est le désintérêt électoral [...] La question est de savoir comment stimuler cet intérêt en le déconnectant de la politique”. Car, parfois, ne pas aller voter c’est tout simplement ne pas savoir comment faire, où aller, comment s’inscrire, pourquoi voter, et, les non-politisés n’étant pas animés par la volonté de voter pour un parti précis, ils n’ont, du coup, pas non plus la volonté de se renseigner davantage pour pouvoir voter, c’est “l’abstention invisible”. Et, à l’heure où la cote de popularité du Président François Hollande descend dans les sondages, le gouvernement a plus que jamais besoin de tous ces/ses électeurs pour éviter de perdre trop de villégiatures lors des municipales.

Bientôt diplômée d'un M2 communication 365, j'aime l'art, la politique, le digital.   Tumblr   Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>