La fin de Facebook en 2017 ? Réalité ou simple utopie ?

leave-facebook

Qui dans notre société actuelle n’a pas un compte Facebook ? Il est rare de rencontrer quelqu’un et de ne pas le retrouver sur le réseau social le plus important de la planète.

En effet, le géant  Facebook compte plus 1 milliard d’utilisateurs à travers le monde. Force est de constater, que dans le monde d’aujourd’hui, peu d’individus ont pu passer entre les mailles du filet de ce réseau social. Je ne reviendrai pas sur la genèse de Facebook que chacun connais. Après tant d’articles dans la presse, sur le net ou le film « The Social Network » que conte le démarrage et l’évolution de cette sucess story. Facebook a en effet commencé très petit, au sein même de l’école d’Harvard, et est présent désormais dans la majorité des pays du monde.

 

Les individus qui ont su flairer cette opportunité d’investissement, ne regrettent en aucun cas leurs choix. Millionnaires désormais, ils peuvent se vanter d’avoir contribuer à l’essor le plus innovant de ces dernières années.

Créée en 2004 par Mark Zuckerberg, celui-ci pèse un capital de 19 milliards d’euros à seulement 29 ans. Génie depuis son plus jeune âge, Mark Zuckerberg n’a pas seulement créé un simple outil communautaire, il a révolutionné le quotidien et le comportement des individus.  Chacun peut alors se mettre en scène sur sa page Facebook, en téléchargeant la plus belle photo de soi, mettre en avant ses goûts, ses motivations, des renseignements sur sa vie.

Ce réseau a principalement séduit les jeunes de moins de 25 ans dès son arrivée. Ce n’est que quelques mois plus tard que les autres tranches d’âge se sont mises à s’intéresser à ce puissant outil de communication.

Depuis 2004 les fonctionnalités de ce réseau ont évolué considérablement, autant pour les individus que pour les marques. En effet, les individus peuvent renseigner bien plus de champs sur leur vie, leur personnalité, leurs hobbies, leurs centres d’intérêt mais également sur leurs parcours et lieux de vie, qu’avant. En ce qui concerne les marques, chacune d’elle peut créer son propre contenu, communiquer sur son produit, toucher sa cible en créant sa propre communauté.

Jusqu’alors, les individus ne se rendaient pas forcément compte de la connaissance que Facebook avait de chacun. Récemment, l’affaire Edward Snowden a révélé des agissements de Facebook concernant les données personnelles de ses utilisateurs. Celles-ci sont non seulement utilisées par le réseau social à des fins publicitaires (ultra-ciblage) mais également monétisées pour des entreprises ou institutions tierces. (L’affaire Snowden a en effet révélé que ce réseau fournissait au gouvernement américain des informations personnelles de ses utilisateurs). Suite à ce scandale, les internautes ont commencé à se montrer de plus en plus réfractaires à l’utilisation permanente de Facebook.

De plus, de nouvelles applications naissent chaque jour, et touchent les individus séduits par la nouveauté type Snapchats.

Vous devez surement vous souvenir du site Myspace ?

Cet exemple montre en effet que les modèles économiques peuvent être à courts termes, et ne pas perdurer dans le temps.

Myspace comptait un grand nombre d’utilisateurs et a vite été détrôné par de nouveaux modèles comme Deezer, Spotify ou Facebook. Les innovations constantes fragilisent les acteurs en place et les obligent à se développer rapidement.

Un acteur comme Facebook ne cesse de vouloir se développer en externe. Malgré les différentes innovations que la société déploie sur son réseau social, elle désire avant tout perdurer en rachetant d’autres entreprises, telles que Whatsapp ou Instagram.

L’entreprise Snapchat a refusé d’être rachetée par le géant américain pour la somme de 3 milliards de dollars, a raison d’en faire un outil marketing et publicitaire.

Quant à Whatsapp le géant l’a acquis pour 19 milliards d’euros.

Dès lors, Facebook investit dans d’autres métiers relativement parallèles pour diversifier son activité. En mars dernier Facebook a racheté Oculus VR, une entreprise basée en Californie qui créée des interfaces de réalité virtuelle. Cette compagnie a été créée en 2013, elle a développé le Rift, un casque permettant d’entrer directement dans un monde complètement virtuel grâce à deux écrans.

Quant à sa plateforme communautaire, le site ne cesse d’évoluer, d’essayer de s’améliorer. Cependant la publicité devient de plus en plus présente, et commence à agacer les utilisateurs. Bon nombre de liens sponsorisés ou d’insertions publicitaires sont présents sur les fils d’actualités des internautes.

Dans quelques semaines apparaîtront les vidéos publicitaires les « video premium ads », spots de 15 secondes présents directement sur le fil d’actualité des utilisateurs. Les individus se sentent de plus en plus traqués et manipulés par les publicités et les marques. On peut parler désormais d’une crise de confiance des internautes envers Facebook.

Ils ne sentent plus leur vie privée protégée et se sentent traqués par les marques.

facebook-pub-167631

Les jeunes commencent à déserter Facebook, en effet, le nombre de nouvelles inscriptions chez les adultes et les séniors ne cesse de se développer cependant le nombre d’adolescents actifs sur la plateforme a diminué de 16% cette année.

Facebook n’est malheureusement plus « à la mode ». Chacun passe faire quotidiennement un petit tour sur Facebook, va voir les nouvelles actualités intéressantes de la journée et se déconnecte tout aussi rapidement.

Deux étudiants américains de l’université de Princeton : John Cannarella et Joshua Spechler ont même prédit la fin de Facebook en 2017.

Mais pourquoi cela ?

Ces deux étudiants ont publié une étude inspirée par les « modèles épidémiologiques », avec leurs propos :  »il a été montré que les idées, comme les maladies, se propagent de manière infectieuse entre les gens, avant de mourir, et cela a été décrit avec succès par les modèles épidémiologiques ».

Ces deux jeunes se sont inspirés du cas Myspace : la très forte progression puis la chute de ce système, pour montrer l’avenir possible de Facebook. Ceux-ci émettent l’idée qu’à partir de cette année, le site va perdre 20% de ces utilisateurs et qu’en 2017, 80% auront laissé tomber le site pour découvrir une nouvelle innovation.

 

Facebook a aujourd’hui une telle puissance financière qui ne disparaîtra pas demain, cependant sa plateforme sociale telle qu’elle existe actuellement aura surement plus de mal à perdurer.

J’ai 24 ans, je suis passionnée par les voyages, je m’évade dès que je le peux. Après avoir passé 3 ans au service communication de chez Marionnaud en apprentissage, j’ai décidé de prendre une année pour voyager et découvrir les différentes cultures et paysages incroyables que le monde nous offre. Passionnée par l’univers des cosmétiques, j’ai décidé de continuer dans ce domaine et ai commencé mon master à L’ECS en contrat pro chez L’Oréal en relations presse et publiques. Après une année très enrichissante, j’ai décidé de réaliser mon master 2, toujours en contrat pro chez le leader mondial des cosmétiques.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>