Greenpeace fait sa Fashion Week

Tout commence en 2011, avec l’opération DETOX de l’ONG. Greenpeace décide de mettre en lumière les maillons dangereux pour l’environnement des chaines de production de géant de la mode. Et ceci dans la lignée des opérations déja effectuées contre Nike, C&A, Puma ou encore Adidas.

Les conséquences les plus importantes : la pollution des eaux par des substances hautement chimiques et dangereuses dont certains colorants qui libèrent des particules cancérigènes mais également des perturbateurs endocriniens qui ont donc des conséquences sur les fonctions hormonales.

L’expression Fashion Victime prend ici tout son sens.

Zara est le numéro 1 mondial de l’habillement. La marque espagnole s’est hissée au top des marques de fast fashion et devrait donc être en mesure de montrer l’exemple en ne commercialisant que des produits garantis sans substances dangereuses.

Site évènementiel Greenpeace-Zara

Site évènementiel Greenpeace-Zara

De la Chine à l’Espagne, en passant par l’Allemagne, la Suisse et la France, les manifestations se sont multipliées, dans la rue et sur internet. Différents happenings ont eu lieux devant les boutiques Zara du monde entier.
Les internautes ont également été invités à signer une pétition et à interpeller la marque sur les réseaux sociaux afin qu’elle réponde aux demandes de Greenpeace.

DETOX Zara

Et Zara a plié. Cedant à la pression, la marque s’est engagée à retirer à court terme les substances les plus dangereuses des vêtements et à ce que sa chaîne de production soit propre et « verte » d’ici à 2020.

Continuant sur sa lancée, et surfant sur ce succès, Greenpeace décide de voir encore plus grand.

« La Mode promet du rêve, mais là c’est un cauchemar »

Décidés à viser les plus hautes sphères de la mode, un kit a été envoyé à 15 grandes marques.

 Kit Greenpeace

Ce kit comprenait un questionnaire les interrogeant sur 3 thèmes différents :

- La production de cuir
- Les papiers d’emballage
- La production de textile

Egalement dans ce kit, une vidéo provoquant ces marques en duel :

Armani, Vuitton, Christian Dior, Salvatore Ferragamo, Roberto Cavalli, Alberta Ferretti, Chanel, Dolce&Gabbana, Hermès, Prada, Trussardi, Gucci, Versace, Valentino et Ermenegildo Zegna.

Vidéo envoyée aux grands noms de la Mode

Un seul objectif : une mode sans pollution et sans destruction.

De pallier à la destruction de milliers d’hectares de forêt amazonienne, abattues et brûlées pour faire place à l’élevage du bétail et à la production de cuir.
De préserver l’habitat naturel de centaines d’espèces menacées d’extinction pour la création de pâte à papier servant aux emballages de luxe.

Video Greenpeace, la Mode, et l’Environnement

Paradoxalement, ce sont ces plus grandes marques adulées et admirées dans le monde entier qui s’intéressent le moins à la durabilité de leurs produits.

Et parmi tous ces grands noms de la mode, seul Valentino a répondu positivement au questionnaire, démontrant une démarche construite et réfléchie pour combiner sa vision de la mode avec une volonté de respect de l’environnement et de ses clients.

Fashion Duel

 

Toutes les réponses des marques ici.

D’autres ont aussi répondu, montrant qu’elles étaient loin d’avoir un processus éthique complet. Mais certaines ont été particulièrement pointées du doigt. Ainsi, Chanel, Prada ou encore Hermès, n’ont pas daigné répondre à l’ONG malgré de nombreuses relances et sollicitations.
Qu’ont elles à cacher ? 

 

13 février 2013 : lancement de la Fashion Week de New York, Greenpeace passe à l’action.

Des équipes sont alors envoyées sur les points de vente afin de sensibiliser le public sur le lieu même de l’achat, en collant des affiches criant « HELP TO END THIS MESS ».
Les marques doivent se tenir prêtes, selon l’ONG : « l’étape New Yorkaise n’est que le début de l’histoire ».

HERMES, HELP END THIS MESS

 

Et effectivement, Greepeace a frappé encore plus fort; en organisant son propre défilé.
Un show particulier dont les mannequins semblaient directement sortis de l’hopital, afin de montrer les conséquences désastreuses de cette politique d’ignorance des enjeux environnementaux.

 

 Défilé Greenpeace    Défilé Greenpeace

 

De même à Milan, où, en coup d’envoi inattendu de la Fashion Week italienne, les activistes ont défilés à la verticale sur la façade du Chateau Sforzesco, acceuillant participants et journalistes pour l’ouverture de cette semaine de la mode.

Défilé Fashion Week Milan

La vidéo du défilé ici

La semaine dernière New-York, cette semaine à Milan, et la semaine prochaine ?

Des consommateurs à la recherche d’éthique.

Toutes ces polémiques peuvent entrainer un affaiblissement de l’image de marque. En 2012, pas moins de 70% des consommateurs disent préférer et privilégier des marques ayant une réelle éthique.

Dans un contexte de plus en plus angoissant, où l’on se perd entre les scandales alimentaires, les problèmes de pollution et les effets nocifs de l’environnement sur la santé; il est important et même primordial pour les marques de s’engager dans une démarche plus transparente vis-à-vis du public.

Beaucoup s’y aventure encore trop frileusement, sur la pointe des pieds. Elles ont cependant tout à y gagner.
Elles doivent prouver à leurs consommateurs qu’ils peuvent être réellement fiers de porter leurs vêtements, de se faire les portes paroles de marques « propres » et eco-friendly.

D’autant que 83% de ces même marques pensent elles-mêmes que cela pourrait contrinuer à améliorer durablement leur image…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>