Les objets connectés de nouveaux outils de communication

Tesco en Corée du Sud

Les objets connectés ont fait le BUZZ du 7 au 10 janvier 2014 à Las Vegas, lors de la 48ieme  édition du « Consumers Electronics show ». Lors de cette édition, étaient présents : thermostats, brosses à dents, réfrigérateurs, balances, baignoires, lampes… Désormais toute la maison ce pilote à distance, équipée d’un smartphone. Du bureau, on peut commencer à faire couler son bain chaud.  Les objets connectés sont un marché porteur, qui englobe de nombreuses parties prenantes. Ce secteur ouvre des portes à de nombreux acteurs, des petits comme des géants. Cette maison connectée intéresse tout le monde, « la domotique », « les neoobjets », « les smart objets »… ne sont plus des mots inconnus, tout le monde s’intéresse à eux, la perception des objets connectés est même parfois en avance par rapport à la réalité. Ces outils sont un eldorado pour les métiers de la communication, on voit certains outils de communication disparaitre face à la digitalisation (presse, prints…), mais maintenant toutes les marques réfléchissent aux objets connectés.

Tour d’horizon du marché

La domotique est apparue au milieu des années 1980, avec la conséquence de la miniaturisation des systèmes électroniques et informatiques comme le minitel. Depuis les techniques ont beaucoup évoluées, grâce à des start-up comme Withings, Netatmo, Sen.se, Nest, Joshfire … Elles ont pris d’assaut ce marché et l’agrandissent à coup de recherche et développement. Le 13 janvier, Google a annoncé le rachat de Nest Labs, une start-up spécialisée dans les objets « intelligents », surtout des alarmes anti-incendie et des thermostats connectés à Internet, pour 3,2 milliards de dollars. Nest a été créé par Tony Fadell, l’un des créateurs de l’Ipod. Par exemple, Nest à crée son premier produit en 2011 : « Nest Learning Thermostat », c’est un thermostat classique qui pilote le chauffage et la climatisation, il est connecté à internet, ce qui permet de l’activer à distance, de plus il s’adapte au comportement des habitants.

Nest Learning Thermostat

Cette acquisition présage un excellent futur au marché des objets connectés. Ce marché, ce dit encore « embryonnaire », avec seulement 4,5 millions d’objets connectés en 2012. Selon l’Idate (institut de l’audiovisuel et des technologies en Europe), « en 2020, il y aura 80 milliards d’objets connectés dans le monde ». Il y a d’autres acteurs du marché, comme les opérateurs télécoms, pour que les objets communiquent, ils doivent passer par un réseau. SFR, Orange et Bouygues Telecom proposent déjà des services via leurs box, comme la télésurveillance avec pilotage à distance. Il y aussi les industriels de l’énergie, de l’automobile, de la santé, de la banque ou l’assurance… qui commencent à sortir de nouvelles offres comme BNP Paribas Cardif (assurances) qui a sorti « Habitat » en Italie, une box connectée qui permet la surveillance du domicile en plus de l’assurance habituelle. Ou encore LG avec son électroménager connecté (four, aspirateur, réfrigérateur…). Mais d’après les Echos, ce marché reste extrêmement morcelé, et ne compte pas encore d’acteurs fédérateurs. Pourtant les français sont prêts à adopter les objets connectés.

Au début la domotique souffrait d’une image mais surtout d’une communication infime voire nulle et maladroite. Elle a beaucoup été perçue comme un marché de niche, mais l’intégration des géants de la high tech dans ce marché ouvrent les portes d’un marché plus global. D’après une étude réalisée par Havas Media, l’internet des objets entre dans le quotidien, « 81% des internautes interrogés en ont déjà entendu parler et ils sont 55% à savoir de quoi il s’agit. » l’intérêt des internautes se tourne dans un premier temps vers la voiture connectée, puis la montre et le réfrigérateur. Les avis sont tout de même partagé sur les objets connectés, certains ont peur de voir ces objets et les data que l’on peut en tirer, porter atteinte à leur vie privée et d’autres voient ces objets comme signe de progrès qui leurs faciliteront la vie.

Les perspectives en termes de communication

Depuis un moment les objets connectés ne sont plus une simple vue de l’esprit, Ils incarnent la fusion entre le réelle et le virtuel. Dans beaucoup de secteur, on voit apparaitre de plus en plus l’affiliation aux nouvelles technologies.

Face à la concurrence, à la demande de plus en plus sévère des clients, les entreprises doivent s’adapter. Nous rentrons dans l’air du service. Les clients en demande toujours plus, les entreprises vont donc vendre leur produit et en plus y affilier un service par exemple : une application mobile. L’enjeu pour les marques est d’arriver à intégrer ce nouveau système dans leur communication. Elles doivent communiquer au bon endroit, au bon moment. C’est le principe d’un marketing temporel, un marketing synchronisé qui s’inscrit dans un parcours client. Certaines assimiles déjà le « offline » et le online, par exemple Tesco en Corée du Sud. Ils ont remplacés les emplacements publicitaires par des affiches ressemblant à des rayons de magasin. Les gens peuvent ainsi faire leurs courses en scannant les codes QR avec leur téléphone.

Tesco en Corée du Sud

Dans le même genre, une autre opération nommée « Windows shopping » a été mise en place par TBWA, la vitrine permet aux passants munis d’un smartphone de scanner un QR code afin d’avoir accès à l’ensemble de la collection et de pouvoir acheter ou partager sur les réseaux sociaux un vêtement. Ceci n’est que le début, et l’émergence du marché des objets connectés promet une avancée considérable dans ce domaine de la communication. Le service est au cœur de la communication et les objets connectés sont des outils innovants qui donnent une valeur ajouté au discours des marques.

Justine Pautré

Je suis en dernière année de Master de communication 365° tout en étant chargée de communication corporate à BNP Paribas Cardif, où je m’occupe de toutes communication à destination de nos partenaires comme : rapport d’activité, vidéos, événements… Je suis maintenant à la recherche d’un poste de planneur stratégique junior dans la collecte de fonds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>