Google : percée en pleine rétine !

Google Logo 2010

 Il était une fois un géant de la technologie et  de l’informatique, un géant qui au fur et à mesure du temps essaye une percée dans notre quotidien visuel jusqu’à en toucher notre rétine. Au départ, il n’était question que de captiver l’œil, mais aujourd’hui, ne tente t-il pas plutôt de s’en accaparer ?

 

Pensant qu’il avait fait le tour en matière de téléphonie et d’informatique, Google s’est lancé depuis plusieurs années dans de nombreux projets visant à intégrer quotidiennement le champ visuel de notre société.  Pour cela, Google a imaginé tout un ensemble de projet  ayant pour objectif d’immerger  la technologie Google  au sein de notre quotidien.

google tv

Pour cela, l’entreprise a imaginé la Google TV avec un objectif précis : s’imposer sur tous les écrans télévisuels où notre regard était susceptible de se poser. Le concept technologique était défini et les partenaires imposants : Sony, Intel et Logitech. Avec une notoriété comme la leur, Google était persuadé qu’en intégrant ce marché saturé, la société serait sortir son épingle du jeu. Les pros de la technologie ne voyaient qu’une avancée considérable en intégrant une plateforme internet accessible depuis la télévision par un dispositif informatique s’appuyant sur le système d’exploitation Androïd.   Or, 3 ans après le lancement de la Google TV, le constat est indiscutable et sans appel, le projet est un véritable flop, peu de personnes ont connaissance de cette technologie mise en place par Google. La société est peut-être visionnaire mais on ne modifie pas les habitudes des individus aussi facilement. Chez le consommateur chaque appareil à sa fonctionnalité, internet reste relié à un ordinateur mais pas à un téléviseur. Google n’a donc pas réussi à détourner le regard des individus.

 

google glass

Cependant, cet échec n’a pas pour autant affaibli la multinationale qui débordait de projet et annonça très rapidement son nouveau concept « les Google Glass », de quoi poser directement la marque sur le nez des individus, une intrusion directe du levé au couché. La marque ne pouvait pas faire plus proche avec cette nouvelle idée, et puis le produit ne peut-être qu’alléchant, multipliant les technologies, rendant obsolète la vulgaire paire de lunette servant à corriger la vue. Il faut dire que la marque n’a pas lésiné sur les fonctionnalités pour vivre « la réalité augmenté » avec ce projet pensé et réfléchit depuis plus de 10 ans. Cette paire de lunettes est équipée d’une caméra intégrée, d’un micro, d’un pavé tactile sur l’une des branches, de mini-écrans et d’un accès à internet par Wi-Fi ou Bluetooth. Elle permet d’accéder à la plupart des fonctionnalités de Google : Google Agenda, reconnaissance vocale, Google+, horloge/alarme, météo, messages (SMS, MMS, courrier électronique), appareil photo, GPS (Google Maps), Google Play, etc. Un deuxième cerveau posé sur votre nez en somme qui a évidement créé l’émulsion et l’intérêt de tout un chacun pour cette nouvelle technologie. Ajouté à cela une communication maitrisée dans les moindres détails, on obtient tout un parterre de fan, des geeks de la technologie aux rois de la communication.

Et pourtant cette technologie de pointe pas encore disponible en France pose déjà problème aux Etats-Unis. Et oui même le pays de Steeve Jobs est perplexe devant cette technologie. Pour soutenir ces propos, deux affaires en quelques mois, la première, une femme au volant  a été arrêtée avec des Google Glass sur le nez, la conductrice a été directement envoyée au tribunal afin d’être jugée pour conduite dangereuse. Elle était en effet suspectée d’être distraite par ses lunettes, la conductrice à finalement été acquittée. La seconde affaire prend place dans un cinéma, un homme a été sommé de quitter la salle de cinéma, accompagné par des agents de la sureté nationale afin de s’expliquer sur l’utilisation des Googles Glass dans le cadre de cette projection de film. Effectivement, on en oublie presque que l’objet garde quand même des fonctions de correction de vue au-delà des multiples gadgets  qui le compose. Sans compter qu’au pays d’Edward Snowden, on ne blague pas avec  le piratage des informations et la sécurité intérieure veille au grain. Pas encore arrivée en France, on ne peut qu’imaginer les problématiques que nous allons rencontrer, nous chers français qui avons déjà du mal à régler nos problèmes de téléchargement illégaux.

Mais Google va encore plus loin, ses Googles Glass ne sont pas encore disponibles dans plusieurs pays et pourtant la société annonce d’ores et déjà son tout nouveau projet : des lentilles. Alors là, évidement on ne peut que constater que la multinationale ne peut pas être plus proche des individus et envisage maintenant de se coller à sa rétine. Cependant,  Google avance un

google lentilles

argument médical de poids, ces lentilles permettront de calculer le taux de glucose pour les personnes diabétiques. En sachant qu’une personne sur dix-neuf est concernée par des problèmes de diabète, on peut dès à présent imaginer l’intérêt que ces lentilles vont susciter. Les lentilles permettront de mesurer instantanément le taux de glucose et d’alerter par un voyant rouge dans l’œil de l’individu grâce à une LED si son taux est trop élevé, Google envisage même de transmettre en temps réel cette donnée au praticien en charge du diabétique, tout cela grâce à une puce implantée dans la lentille.

Au-delà de la considération médicale que nous pouvons avoir sur ce projet, nous ne pouvons que constater qu’il s’agit tout de même de poser sur les yeux d’un individu une LED ainsi qu’une puce, Google n’est-il pas à quelques pas de créer des hommes « wi-fi », il s’agit certes d’un grand pas pour le secteur médical, mais n’est-il pas une grande prise de risque de porter si prêt de l’œil des concepts si connectés quand notre société remet aujourd’hui en question le simple fait d’avoir de la wi-fi dans les écoles maternelles. Nous constatons également aujourd’hui une remise en cause des objets connectés et technologiques que certains considèrent comme polluant pour notre quotidien.

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si au-delà des compétences visionnaires indéniables, Google ne va pas trop loin et surtout trop vite pour notre société qui n’est pas forcément mature et à même d’anticiper les conséquences de tels avancées tant sur le plan humain que sociétale ?

Marine Rosay

 

Source :

PCWorld « Face à l’echec, Google TV devrait être bientôt renommée Android TV » en cliquant ici

20 minutes « Il porte des Google Glass au cinéma » en cliquant ici

L’ADN « Après les lunettes, les lentilles Google » en cliquant ici

Le Figaro « Google teste des lentilles pour diabétique » en cliquant ici

Le Figaro « Une Californienne jugée pour avoir porté des Google glass au volant de sa voiture » en cliquant ici

Une normande débarque à Paris ! Il y a un moment où le plus de 20ans normand comprend qu'il faut "monter à la capitale"! La quête du graal (non, ce n'est pas vrai, il n'existe pas de guerre entre les normands et les bretons! ;-p) pour la petite normande que je suis, haute comme 3 pommes, je prend mon courage à deux mains, j'affronte le regard des plus sceptiques qui murmurent tout bas "on ne la récupérera pas vivante"! Et pourtant il faut bien faire quelque chose de sa vie et je crois en mon destin alors partir pour partir autant viser Paris avant la Lune. Comme je suis "la pipelette" de la famille, la communication m'ira comme un gant. Quoi tu veux faire de la communication ?! mais ce n'est pas un métier! Pourquoi tu ne veux pas être comptable, c'est bien comptable! Finalement au bout de 4ans, je trouve que je ne m'en suis pas trop mal sortie. Pas vraiment parisienne, mais plus vraiment normande, je me rêve déjà bien loin d'ici. J'ai trouvé Paris il ne me manque plus que la Lune... Profil Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>