Une femme dans un monde d’homme

signalisation en vrac

Le monde du BTP

Etre une jeune femme dans le monde du BTP (Bâtiment Travaux Publics), cela n’a rien d’évident. D’autant plus si l’on travaille au service Communication. Mieux vaut donc avoir une personnalité bien forgée. Challenge accepté et relevé pour Nadège S., qui nous présente son métier.

Rencontre avec une Chargée de Communication Chantier

Samantha A. : «  Bonjour Nadège, nous sommes toutes deux Chargée de Communication chez VINCI Construction France. Moi en Communication Interne, toi en Communication de Chantier. Actuellement en Master Communication à Paris, je réalise un article sur la communication dans le BTP. J’ai choisi de me focaliser sur un métier : le tien ! Chargée de Communication Chantier est un métier qui m’attire. Peux-tu m’en dire quelques mots ? Pour commencer, quelle est ta formation ? Ton parcours professionnel ?

Nadège S. : J’ai réalisé un Master Communication au sein de l’IDRAC de Lyon en alternance.

J’ai d’abord travaillé deux ans chez un promoteur immobilier. J’ai ensuite intégré les équipes de VINCI Construction France à Lyon en dernière année où j’ai réalisé mon stage de fin d’étude pendant 6 mois.

Pendant ce stage, je m’occupais de la mise à jour de l’intranet, des remontées d’informations au siège, de l’organisation de séminaire interne…

S.A. : Tu as travaillé pendant 2 ans en tant que Chargée de Communication sur le tunnel de la Croix Rousse à Lyon. Comment en es-tu arrivée là ?

N.S. : A l’issue de mon stage, la société venait d’obtenir le contrat de réalisation du tunnel de la Croix Rousse à Lyon. La communication sur ce chantier émanait d’une demande précise du client. Il souhaitait qu’une personne dédiée s’occupe de la communication du chantier. On m’a donc proposé de réaliser cette mission, que j’ai acceptée.

TunnelCroixRousseLyon

Tunnel de la Croix Rousse, Lyon

S.A : Quelles étaient tes missions sur ce chantier ?

N.S. : J’ai réalisé avec le client le plan de communication de ce chantier de quatre ans. Les principaux axes de ce plan de communication étaient le développement de la notoriété du projet, l’acceptation du chantier par les riverains ainsi que la mise en évidence des partenaires.

Il a fallu informer les riverains et les rassurer car une galerie de sécurité, nécessaire à la rénovation du tunnel existant, allait être creusée à l’explosif en plein centre-ville de Lyon ! A noter que ce tunnel de 1,7km voit passer 50 000 véhicules par jour. Il a donc fallu faire accepter à tous ces publics les travaux et la fermeture du tunnel pendant 10 mois. Les messages étaient tournés vers l’explication des travaux aux publics et les avantages du futur ouvrage : il faut positiver et dédramatiser !

Pendant ces quatre années de chantier, j’ai veillé au bon déroulement de notre plan de communication. Plusieurs supports et actions de communication ont été créés :

-        un site internet dédié (www.tunnelcroixrousse.fr) contenant la présentation du projet, le déroulement des étapes du chantier, reprise des supports de communication, contact avec mon numéro de portable et mon adresse mail)

-        une lettre d’information : un journal trimestriel de 8 pages imprimés à 30 000 exemplaires contenant les informations suivantes :

  • une page dédiée à la parole d’un acteur du projet
  • les nouvelles phases du chantier
  • un grand angle (technique particulière déployée sur chantier)
  • 2 pages environnement
  • ensemble : parole aux métiers sur chantier (mineur, topographe…)

Nous travaillons avec une agence de communication pour la mise en page. Je m’occupais de la rédaction et de la validation des informations.

-        des réunions d’informations étaient organisées à destination des riverains

-        une signalétique chantier a été mise en place

-        une structure d’accueil a été mise en place afin d’accueillir au pied du tunnel des visiteurs curieux ou en demande d’information. Cette structure était également le point de départ des visites du chantier. Par groupe de  personnes maximum, j’ai organisé des visites à destination des professionnels du BTP, des écoles d’ingénieurs, des entités du groupe VINCI, des clients, des associations de riverains…

-        des actions pédagogiques ont été mises en place avec l’école primaire à proximité du chantier. J’ai réalisé des interventions dans les classes (présentations des métiers, activités pédagogiques autours des couleurs…) en fonction de leurs niveaux. Un livret -pédagogique a également été rédigé pour les 7-12 ans

-        ses évènements ainsi que des relations presse ont été organisées (journées du patrimoine, journées portes ouvertes, première pierre…) avec l’aide d’une agence RP

-        un livre photo de fin de chantier a été réalisé, grâce au suivi photos de ces 4 ans de chantiers à hauteur de 6 000 exemplaires

C’est en décembre 2013 que prend fin cette belle aventure !

Le nouveau projet offre une voie piétonne, une voie vélo et des voies bus et voitures. Ces 1,7 km de tunnel proposent également des animations numériques sur ses parois.

AnimationsNumériques

Animations numériques

A l’issue de ce chantier, nous avons déposé une candidature au Prix de l’Innovation VINCI (compétition interne qui récompense toutes les innovations internes) et nous avons remporté un prix !

S.A : Tu travailles maintenant sur le Grand Stade de Lyon. Quelles actions vas-tu mettre en place ?

N.S. : Je travaille depuis aout 2013 à 50% sur le chantier du Grand Stade de Lyon. J’ai intégré à 100% ce nouveau chantier en janvier 2014.

Pour ce nouveau chantier, je suis épaulée d’une chargée de communication dédiée aux visites de chantiers.

Sur le stade de Lyon, les missions sont différentes. Notre client, l’Olympique Lyonnais, est très demandeur en communication. Les visites et les médias occupent une place importante. Les journalistes de l’OL TV réalisent souvent des interviews de type chronique métier ou interview des compagnons sur chantier. Je m’occupe donc de briefer le personnel de chantier, peu familier avec ce genre de pratique.

Un suivi photo est également réalisé et nous permettra à l’issue du chantier de réaliser un time lapse et un livre photo.

Ici nous ne sommes pas soumis aux contraintes de circulations ni au bruit. Nous sommes sur un terrain de 44 hectares, clos et qui possède un poste de garde.

EtendueGrandStadeLyon

Etendue du chantier  du Grand Stade à Lyon

Un site internet a également été créé sur lequel nous diffusons le suivi photo et les phases importantes du chantier. Ce site vient compléter celui de l’OL web.

Une signalétique chantier a été mise en place, selon les règles et l’image de VINCI Construction France.

Nouveauté sur ce chantier : la communication de crise. En effet, nous devons gérer les réclamations des opposants au stade, ce qui n’est pas facile.

Des relations presse seront également réalisées à l’occasion de grands évènements.

ProjetATerme

Projet à terme

S.A : Y a-t-il des choses que tu as faite sur le tunnel que tu ne referais pas sur le Grand Stade ? Des choses que tu voudrais approfondir, améliorer ?

N.S. : L’axe d’amélioration principal sur lequel je souhaite travailler est ma présence sur le terrain. C’est pourquoi j’ai demandé l’arrivée d’une personne dédiée aux visites. Je pourrais donc consacrer plus de temps au chantier.

Je souhaite également être toujours plus curieuse. Cela plait aux collaborateurs sur chantier, qui sont eux au cœur de notre activité. Il faut donc leur prouver notre intérêt, leur montrer que nous sommes collègues et que nous travaillons dans le même objectif.

S.A. : Nadège, tu as travaillé en bureau également. Quelles différences peux-tu donc émettre entre ces deux caractéristiques ? Quelle situation préfères-tu ?

N.S. : J’ai bien entendu une préférence pour le travail sur le terrain ! Je pense que j’aurais énormément de mal à retourner travailler en bureau… Avec le Stade, je serais sur le chantier pour minimum 2 ans. Au bureau, on doit traiter plusieurs dossiers à la fois, dossiers que l’on ne connait jamais à fond. Sur chantier ce qui me plait c’est que je peux me donner à fond sur ce projet unique ! C’est très agréable de ressentir une motivation collective. Nous partageons le même projet, nous sommes comme dans une bulle.

S.A. : Quelle facette de ton métier préfères-tu ?

N.S. : Ce que je préfère dans ce métier c’est le relationnel. J’aime être déranger, j’aime quand le téléphone sonne et qu’il faut régler des problèmes ! Je suis au quotidien avec les conducteurs de travaux (=ingénieur travaux), je partage donc leurs expériences.

J’aime également le suivi photos, et apporter ma petite touche artistique.

S.A. : Quelles difficultés rencontres-tu dans ce métier ?

N.S. : Les difficultés sur chantier sont principalement le côté non mesurable de la communication. Pour les compagnons, ce n’est qu’une perte d’argent, une dépense inutile.

La communication est perçue comme une contrainte, un dérangement.

Je suis donc là pour démystifier la communication et montrer qu’elle permet la compréhension, le dialogue et l’acceptation des travaux. Une fois les outils et supports de communication créés, les compagnons sont contents de montrer ces supports à leurs familles, qui comprennent donc mieux leur environnement et les enjeux de leur travail.

Etre une jeune femme sur chantier n’est pas évident non plus ! Mais il suffit de montrer à quoi on sert, de se rendre utile et la compréhension et l’acceptation se font rapidement.

S.A. : Si demain je souhaitais postuler à un poste de Chargée de Communication chantier, quels conseils me donnerais-tu ?

N.S. : Chargée de communication sur chantier est un métier inédit ! Il y en a très peu. J’ai la chance d’en faire partie.

Ce que je conseille donc à toute personne souhaitant se lancer dans ce métier c’est la curiosité : ne pas hésiter à poser des questions, rentrer dans les détails… Les compagnons sur chantier aiment apprendre aux autres. Il faut donc en profiter !

S.A. : Enfin, comment envisages-tu ton avenir professionnel ?

N.S. : Par la suite, ce qui me conviendrait serait de manager une équipe de communication de chantier. Ce métier n’existe pas ! Mais je ne pense que cela sera très difficile pour moi de retourner à un poste de bureau !

S.A. : Nadège, merci beaucoup ton temps et bonne continuation !

Bonjour à vous, visiteurs ! Je suis Samantha, 25 ans, originaire de Rouen et j'habite Lille depuis 4 ans. Après un Bac L, je suis partie en tant que Jeune Fille Au Pair en Angleterre pendant 1 an (2007-2008). J'ai ensuite continué dans cette voie en intégrant la Fac d'Anglais de Rouen pendant 1 an (2008-2009). Malheureusement les grèves à répétition m'ont gâchées mon année et je me suis tournée vers un job étudiant. J'ai commencé mes études de Com' en septembre 2009 avec un BTS Com', puis une Licence de Chargée de Projet Mkg et Com' chez EFFICOM Lille. J'ai intégré le Mastere Com' 365 à l'ECS Paris l'année dernière. Mes études en alternance m'ont permis d'acquérir de l'expérience professionnelle. J'ai réalisé un stage au sein de Publicis Hourra (RP) à Lille, un contrat de professionnalisation chez Atelier de Morphée (Com Externe) et suis actuellement en contrat de professionnalisation depuis 2 ans chez VINCI Construction France en Communication Interne. Not enough ? : Mon profil complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>