Netflix arrive en France

Il vaut mieux être de son côté ou au pire, ne pas être mêler à ses affaires. Aujourd’hui, Le géant américain Netflix se montre de plus en plus entreprenant avec l’Allemagne et la France, qui lui résiste encore.

La France, « spectatrice » de l’imminente arrivée de Netflix sur son sol, aborde le sujet de manière neutre en posant les questions qui préoccupent dans le milieu audiovisuel français : avantages et inconvénients, exception culturelle, règlementation française, utilisation des datas, l’État scrute tous les enjeux de l’implantation de Netflix en France.

Et si Netflix fait autant peur dans l’hexagone, c’est à juste titre. Un géant américain, diffuseur et aujourd’hui producteur de séries TV (« House of Cards ») qui offre ses service à moins de 10 euros : il n’y a malheureusement aucun média français, dans l’état actuel des choses, capable de rivaliser. À l’heure où l’évolution de la consommation de films et de séries sur Internet est exponentielle, où payer plus de 5 euros pour un forfait mobile 2h avec internet illimité est devenu inenvisageable, Netflix est complètement dans l’ère du temps et respecte totalement la valeur maître de ces dernières années : « la culture à petits prix ».

Et si un média TV hexagonal devait se faire plus de soucis qu’un autre, c’est bien Canal + : eux qui depuis le début ont fait du cinéma et du sport leurs fers de lance. Après avoir été fragilisé par l’arrivée de BEin sports sur ce terrain-là, Canal + s’investit de plus en plus, mettant en avant son implication dans la production audiovisuelle française et ses créations originales de films et séries TV pour sauvegarder son dernier terrain d’expression. Or Netflix est au 7e art ce que BEin est au sport, et Canal + ne se relèverait sans doute pas d’un second combat, quasiment perdu d’avance !

On entrevoit cependant une lueur d’espoir pour le groupe Canal : l’État Français. « Pas de compromis ! » semble-t-il dire au mastodonte américain. « Et l’exception culturelle française dans tout ça ! », même Netflix ne se verra accorder aucun traitement de faveur de la part du gouvernement français, les choses sont claires. En plus du respect de l’exception culturelle, il faut respecter « NOS » règles du jeu : Hors de question de diffuser un film avant Canal + (10 mois après sa sortie contre 2 ans et demi), et il faudra également contribuer financièrement à la production française et européenne. Une réglementation qui permettra à Canal + de combattre sans y laisser toutes ses plumes.

À moins que Netflix ne se montre très intelligent dans sa manière d’apprivoiser le marché français.

Étant donné l’attrait de l’offre, se suffisant largement à elle-même, Netflix a tout intérêt de séduire le milieu professionnel. « Montrer son profond amour du cinéma français … bla bla bla », le lobbying est la clé de sa réussite en France, hostile à sa venue. Et il faudra le prouver : s’investir en France autant qu’il ne le fait aux USA. Pour le reste : consommateurs morbides de séries et films en tout genre, une phrase de publicitaire suffira aisément : « Omar Ô Sy (a Netflix) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>