Diktat moi…

Welcome-To-Reality-copy

Claude Weill, journaliste et directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, stipulait il y a quelques temps que « la publicité est le reflet exact des tendances de la mode, des habitudes, des désirs, des besoins, des engouements d’une population pendant un temps donné. »

Elle est ce que chacun reflète d’être ou ce qu’elle souhaite avoir.

Produits de grande consommation ou articles de luxe, chaque marque est a même d’idéaliser une forme de beauté, un univers transcendant où tout serait parfait.

Au travers des années de réclames et de l’évolution des médias, les messages publicitaires n’ont eu de cesse d’évoluer pour s’adapter à une société de consommation de plus en plus présente et une indépendance de la gente féminine. On passe donc d’une publicité au note sexiste à une publicité plus libérale où la femme comme l’homme devient un objet de désir et de convoitise.

     215160_177660965617475_100001207193024_473026_976714_n    dolomite-lui   Hunk-1

Nombre de publicités depuis des années ont pour idéologie une femme parfaite, belle, mince, avec des seins et des fesses à croquer, et des hommes sexy à souhait, avec des tablettes de chocolats à damner. Mais les publicitaires ne s’arrêtent pas là, ils veulent également nous faire croire que ceux que nous consommons est génial, facilitant notre quotidien et surtout TRES SEXY !

En résumé, les annonceurs ont pour principal démarche de nous vendre du rêve même si cela n’est pas au goût de tout le monde.

Isabeli-Fontana-hetm

Rappelez-vous de cette publicité qui a créé la polémique en 2012 en mettant en avant des corps de femmes toutes aussi bronzées les unes que les autres. Un bronzage excessif et bien évidemment superficiel où le produit était plus un accessoire qu’un produit à part entière.

La marque H&M présentera, dans les jours suivants, ses excuses pour avoir contribué à véhiculer un idéal de beauté particulier et d’avoir inciter les femmes à faire appel aux appareils UV, jugés nocifs pour la santé.

Autres publicités polémiques bien plus récentes et datant du début d’année, Numéricable et ses messages sexistes mettant en avant les défauts des femmes mais également des hommes.

original

L’idée dans cette publicité était en somme de communiquer sur les fonctionnalités du produit. Et qu’est-ce-qui est plus vendeur que la normalité ? Miser sur l’humour un brin cliché afin de générer le buzz viral et marquer l’esprit du grand public. Parce qu’on le sait tous une bonne publicité est une publicité qui interpelle et marque les esprits : choquante, démago et tutti quanti.

On pourrait penser qu’après ces nombreuses polémiques, les marques arrêteraient de comparer ces corps de mannequins photoshopées à nous, simple mortel.

Mais non, les marques préfèrent encore et toujours surenchérir sur des clichés toujours aussi loufoques.

2012_18786v1  Par exemple, la radio alternative « Le Mouv’ » qui avait pour message « Non, tout n’était pas mieux avant » a préféré choqué en affichant un sexe de femme non-épilé.

Certes l’humour est là, mais nous aurions très bien pu mettre une photo d’un homme et son ventre. Juste pour rappeler que messieurs vous avez pris 5kg de plus que dans les années 70. Ou encore rester sur l’idée de leurs premières images de campagne mettant en avant le droit des femmes, la ségrégation raciale…

MyCalvins_5

Mais les hommes en prennent aussi un coup, avec par exemple ce jeu concours selfie « Show yours », où ils doivent photographier ce qu’ils portent comme sous-vêtement Calvin Klein pour avoir la chance de figurer dans la galerie « My Calvins » sur le site corporate de la marque.

Les affiches sont toujours aussi sexy et les égéries comme Miranda Kerr, Trey Songz ou encore Fergie se bousculent à la pelle pour se montrer à moitié dénudé et sponsoriser Calvin Klein.

banjetonsmieuxIEUP1 Outre les grandes marques, les collectivités territoriales se  mettent également à l’oeuvre en suggérant dans leur affiche  d’adopter « le régime minceur » pour le tri des déchets.

La comparaison avec un buste aminci de femmes ou d’hommes a  provoqué de vives réactions de la part des citoyens jugeant leur  propos déplacé. C’est sûr qu’identifier des corps à des ordures,  ce n’est pas le meilleur message publicitaire à transmettre.

American Apparel a voulu jouer sur ce créneau en souhaitant une prise de conscience de la part des consommateurs sur les vêtements qu’ils achetaient et jouer sur une transparence totale quand à la fabrication de leurs produits. Mais là encore, l’utilisation de la femme en tant qu’objet sexuel est présente et dérange.

Au-delà de ces marques nous dictant un univers de beauté spécifique et où la provocation est le maître mot, d’autres ont décidé de se démarquer de cette tendance et d’appliquer 2 principes de bases : le savoir-faire et l’authenticité.

Les consommateurs suivent les marques qui savent ce qu’elles font, qui fournissent des produits et services de qualité et qui tiennent leurs promesses sans avoir à discréditer les consommateurs.

Le site de rencontre Meetic rend hommage aux gens normaux avec un nouveau spot publicitaire nommé « On attend que vous » dont l’idée est d’être tel que l’on est, pas besoin de se comparer à des célébrités, des athlètes et autres égéries adulées par le monde entier.

On retrouve parmi ses marques, Axe qui a décidé de casser ses codes et de revisiter sa communication pour une noble cause. Elle qui avait pour principale vocation de jouer sur la séduction et la sensualité, nous enchante à travers une campagne publicitaire sur le thème de « Make Love, Not War ». L’amour est donc mis en avant au détriment de la sexualité.

Autre marque dérogeant à la règle du tout est parfait dans le meilleur des mondes, la marque de cosmétique Dermablend Professional. Elle nous offre à travers leur campagne, remplit d’émotions et d’authenticité, l’envers du décor dans une société où l’apparence joue énormément.

Les marques sont donc très nombreuses à mettre en exergue le fossé qu’il y en a entre nous et eux. Elles nous dictent qui nous devrions être et à qui nous devrions ressembler.

A nous les consommateurs de ne pas se prêter au jeu et de réclamer un peu plus d’imperfection dans ce monde d’irréalité.

La publicité est enclin à de nombreux bouleversements, petit à petit les marques semblent se tourner vers une proximité et un lien affin avec leurs consommateurs. Mais à quand le grand changement ?

Les présentations semblent toujours un peu austère et grisâtre, mais je me rappelle de ce que font ces fameuses 30 secondes. Ces courtes 30 secondes qui cernent notre personnalité. Si on devait me juger sur ces 30 secondes, vous seriez bien déçu d'apprendre que mon grain de folie excelle dans la bêtise ! Et oui, surnommée l'hyperactive, je suis malheureusement ce petit clown d'1m62 qui fait rire tout le monde même quand je dis des choses intéressantes. Et je vous certifie que j'en connais un minimum de choses intéressantes. Accro aux nouvelles technologies et à la société en générale, j'ai le goût des voyages et de l'art. Issue d'une culture pop, je dois très certainement en décevoir plus d'un en annonçant mon réel entrain pour Lady Gaga, qui je dois le dire est une véritable "business woman" sachant marketer son nom à la perfection. La publicité, les opérations marketing, les réseaux sociaux et l'univers audiovisuel me fascine. C'est pour ça que j'adhère à la communication et que je souhaite en faire mon métier. C'est en communiquant que nous changeons les choses ou que nous les améliorons (ça c'est mon petit côté Bisounours qui parle, toujours à vouloir être dans un monde tout rose et tout beau). Perfectionniste au travail, j'essaye toujours au mieux de pousser ma créativité et mon savoir afin de ne pas finir dans une conversation où je ne connais fichtre rien à leur débat. Et de ne pas rétorquer "et sinon vous avez regarder quoi hier à la télé ?". Je me fais plus bête que j'en ai l'air mais cela ne m'empêche pas de lire et de m'intéresser de près aux choses qui m'entourent : société, politique, médias de masse, mode, musique, cinéma... Je réagis à tout, aux grands désarrois de mes interlocuteurs, qui sont contraints de ne pas avoir le dernier mot. Parce qu'on le sait tous : "les femmes ont toujours raison". Entre provocation, mauvaises langues et déroger aux bonnes moeurs, je possède un parcours personnel et professionnel 365°, me permettant d'aborder un CV original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>