Ces Clichés qui font le buzz…

pas que

 

« Aujourd’hui le sexe fait vendre » vous avez surement déjà entendu cette phrase. Et c’est vrai, nous voyons de plus en plus de publicités à connotations sexuelles. Ca choc, ça fait sourire, rire, mais pour  l’annonceur l’essentiel est que les gens se souviennent de sa publicité, comme on dit « qu’on parle de moi en bien ou mal, l’essentiel est qu’on parle de moi », c’est aussi valable pour les marques. C’est bien sûr un dicton à prendre avec précaution.

Il y a également autre chose qu’aiment beaucoup les publicitaires, c’est jouer avec les clichés de tous les styles !

 

La famille, c’est sacré

En Novembre 2011, Eram sors sa nouvelle campagne. La marque connue pour ses publicités provocantes ne déroge pas à sa règle une fois encore. Elle choisit 3 nouveaux visuels afin de faire parler d’elle et de montrer que le monde, et donc ses clients, évolue en utilisant 3 slogans évocateurs, « Comme disent mon papa, ma maman, et la troisième femme de mon papa, la famille, c’est sacré », « Comme disent ma maman, et son petit copain qui a l’âge d’être mon grand frère, la famille c’est sacré », « Comme disent mes deux mamans, la famille c’est sacré ».

eram

Nous allons nous intéresser à ce dernier, « Comme disent mes deux mamans, la famille c’est sacré ». Avec ce slogan, Eram décide de contrer le cliché de la famille « parfaite » avec une maman, un papa et leurs enfants. Elle décide de s’adapter aux situations familiales actuelles et de les mettre en scène. Ces visuels donnent le sourire à certains, suscitent des compliments pour d’autres ou dérangent carrément les conservateurs, qu’importe l’essentiel est que la marque a réussi son coup, on parle d’elle.

Ces affiches ont tellement suscité de réactions que la marque a lancée un débat et des jeux sur le thème de la famille, visible sur leur page Facebook.

 

 

Téléchargez aussi vite… avec Numéricable 

numericable

Le fournisseur d’accès à internet a commencé l’année avec un bad buzz en voulant jouer sur des préjugés. Le 6 Janvier dernier, Numéricable lance sa nouvelle campagne de publicité et les lecteurs du journal gratuit 20 minutes découvrent une publicité qui a pour slogan « Téléchargez aussi vite que votre femme change d’avis ». Les réactions ne se font pas attendre et la toile s’enflamme très vite en dénonçant cette pub comme étant sexiste. Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) porte même plainte auprès de l’ARPP (L’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité).

Le soir même, le FAI réagit en twittant un nouveau visuel qui a cette fois-ci pour slogan « Téléchargez aussi vite que votre mari oublie ses promesses » et en précisant que les lecteurs pourront le retrouver dès mercredi en version papier. Certains pensent que ce deuxième visuel a été fabriqué à la va vite afin de répondre au bad buzz survenu lors de la révélation de la première partie de la campagne le matin même et d’autres personnes pensent que tout était calculé dès le début. En toute honnêteté je pense que tout était calculé. Je pense que la marque ne s’attendait pas à choquer autant, mais que malgré que cela soit un bad buzz ca reste un buzz ! Le nom de la marque a été présente toute la journée sur les réseaux sociaux, ce qui lui fait malgré tout de la publicité et surtout ce bad buzz s’est essoufflé très rapidement.

 

 

 

Les jeunes ne sont #PASQUE !

La dernière campagne en date à avoir utilisée les préjugés est celle de Citadium avec sa campagne #PASQUE. Parlons en un peu plus, pour cela remettons nous dans le contexte.

Première phase : le teasing.

citadium1

Il y a environ une semaine les passants des villes de Paris, Toulon et Marseille ont pu observer des affiches dans le métro, sur les bus et dans la rue,  assez interpellantes. Sur ces affiches ? des jeunes dans différentes situations, faisant des doigts d’honneur, des jeunes filles s’embrassant… avec des slogans commençant tous par « Nous sommes… » tels que « Nous sommes What the fuck » ou encore « Nous sommes incultes », sans avoir aucune signature de marque dessus pour indiquer qui pouvait être à l’origine de ces 11 affiches. Campagne d’affichage assez anticonformiste et décomplexée, il faut bien l’avouer.

Phase 2 : La révélation.

Dans le nuit du 9 au 10 avril, dans les 3 villes, 8500 affiches ont été restickées #PASQUE avec marqué Citadium mais également avec un lien vers un site qui collecte tous les messages publiés sur les réseaux sociaux avec ce même hashtag.

Tout cela pourquoi ?

Premièrement cette campagne a été lancée pour l’ouverture de 2 nouvelles boutiques Citadium, l’une à Toulon et l’autre à Marseille.
Secondement, en créant ce hashtag, citadium souhaite exprimer sa volonté de ne pas enfermer les jeunes dans des cases ou des codes forcément réducteurs.

Peut-on voir également des sous-entendu avec certaines des affiches ?

Doit-on voir plus loin avec l’affiche sur laquelle 2 jeunes filles s’embrassent ? En effet nous pouvons imaginer une revendication des droits homosexuels, mais selon l’interview qu’a accordé Amandine Piriou, attachée de presse de Citadium, au site Yagg, « Ce ne sont pas que des BFF (Best Friends For Ever, Meilleures amies pour toujours), ce sont aussi des femmes qui étudient ou qui veulent séduire » Elle poursuit en précisant «On n’est pas dans la revendication. Les images interrogent, mais la volonté première n’est pas de revendiquer quoi que ce soit. Le message de l’ensemble de la campagne, c’est qu’on réduit les jeunes à des clichés, mais les jeunes ne sont pas que ça.»

Capture d’écran 2014-04-13 à 22.39.24

Citadium, avec l’agence LES GROS MOTS, lance non seulement une campagne d’affichage qui marque mais également tout un système digital via ce #PASQUE sur les réseaux sociaux et le site internet qui lui est consacré. On peut d’ailleurs d’ors et déjà voir sur le site que la marque a créé le buzz et qu’il y a un certain engouement pour ce hashtag. Ils proposent également un jeu concours pour gagner 1 an de shopping chez Citadium et 24 bons d’achats Citadium d’une valeur de 300€.

Vous voulez tenter votre chance ? C’est par ici

Et n’oubliez pas, on est #PASQUE ! 

cita

 

 

 

 

Audrey, 23 ans, chef de projet événementiel. Aimerait vivre au coeur de Manhattan mais vie à Paris (et oui on a pas toujours ce que l'on veut dans la vie !) On est intime maintenant, alors appelle-moi Aud ! Quelques mots qui me décrivent bien : Communication, Evénementiel, Dynamique, Sympa, Bavarde, Généreuse, Rire, Bien manger... Vous voulez en savoir encore plus ? Je suis sûre que oui, alors c'est par ici => LinkedIn PS : Juin 2014 = fin de mastère = fin d'études donc pensez à moi ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>