Rétrospective 2013 et enjeux 2014

31 décembre 2013, l’heure est au bilan. Année galère ou année progrès ? Année passagère ou année charnière ? 2013, l’année qui a vu un couple de même sexe se marier pour la première fois en France, l’année qui a vu un nouveau pape, qui a pleuré la mort de Nelson Mandela, et fêté la naissance du Prince Georges. Ces événements ont marqué l’actualité et ont été une nouvelle occasion pour les marques de communiquer. Revenons sur ces temps forts, détournés ou simplement utilisés par de nombreuses marques. DÉTOURNEMENTS ET PARODIES On le sait, c’est le terrain de jeu favori de l’une
Poursuivre la lecture

CHRISTMAS BRANDING : Noël 2.0 pour les marques

Noel_google2

A l’heure où le père Noël s’apprête à livrer les cadeaux dans sa hotte, le cabinet Brand Finance, spécialiste de la valorisation des marques, estime que celle du Père Noël vaudrait 1600 milliards de dollars. Soit plus de trois fois la capitalisation boursière d’Apple. La Fevad (Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance) prévoit quant à elle une estimation des dépenses sur Internet proche de 10 milliards d’euros durant les fêtes de Noël soit un montant total sur l’année 2013 de plus de 50 milliards d’euros dépensés par les Français. De quoi donner envie aux marques de se
Poursuivre la lecture

Noël et la folie des marques

Je te séduis,  je t’en mets plein la vue, je te fais des cadeaux, je me mets en avant au moment des fêtes hivernales… je suis… La mère Noël ? Non ! Les marques, bien évidemment. Noël est une période stratégique pour les marques d’autant plus que la concurrence est rude. Elles essayent donc de se démarquer et de sortir du lot en valorisant l’utilité de leur produit ou service, par leurs offres commerciales mais aussi par l’originalité et le potentiel viral de leur communication. Et chaque année, elles nous étonnent toujours un peu plus ! Et si le Père Noël existait vraiment
Poursuivre la lecture

Le 7éme art à la conquête du digital

Avant pour promouvoir des films, il y avait les affiches, les bandes annonces, les interviews, les avant-premières… mais ça c’était avant !
C’était sans compter sur le développement du web 2.0 qui a apporté avec lui son lot d’opportunités en matière d’innovation.
Facebook, Twitter, Instagram, site internet dédié, quand on sait qu’aujourd’hui 78% des internautes français utilisent les réseaux sociaux, il n’est plus vraiment envisageable d’annoncer la sortie d’un film sans prendre en compte ces outils.

Et là vous allez me dire : ça fait déjà un moment que les distributeurs de films utilisent les médias sociaux pour communiquer !
En effet, la mise en place d’outils digitaux n’est pas une nouveauté. D’autant plus que la publicité télévisée pour le cinéma étant interdite en France, les sociétés de distribution ont rapidement pris d’assaut Internet afin de pouvoir communiquer.
Les stratégies de communication online se sont donc déjà fortement développées ces dernières années : pages Facebook alimentées autour d’un film ou d’un personnage, comptes Twitter, sites internet dédiés..

Mais on assiste aujourd’hui à une surenchère en matière d’innovation et de créativité en partie due au développement des nouvelles technologies et à l’engouement du grand public pour ces dernières.
Ces évolutions vont permettre de toucher la cible dans son quotidien, de créer une relation plus personnelle que celle qui se créait auparavant et une proximité avec l’univers du film qui était jusque ici limitée ou réservée aux « fans ».

Commençons par le dernier exemple en date, « Casse tête chinois ».

Casse-Tete-Chinois-Affiche-France

 

Pour la petite histoire, Casse tête chinois c’est le nouveau film de Cédric Klapish sorti le 4 décembre dernier. Troisième volet des aventures de Xavier (Romain Duris) qu’on avait rencontré dans l’auberge espagnol en 2002 alors qu’il était étudiant en Erasmus à Barcelone puis retrouvé quelques années plus tard entre Paris et Londres dans Les poupées russes. Dans casse tête chinois,  c’est en plein cœur de New-York  que les personnages nous donnent rendez-vous avec toujours le même fil rouge : la vie sans dessus dessous de Xavier.

 

Partant donc du constat de base de Xavier « Ma vie… c’est le bordel ! »,  la sortie du film a été soutenue par la mise en place d’un dispositif interactif qui permet à l’internaute de devenir auteur de l’histoire.

Explications. D’abord vous vous rendez sur le site dédié à l’opération : http://www.cassetetechinois-lefilm.fr/

CASSE TETE CHINOIS


Arrivé sur le site, deux choix s’offrent à vous. Le premier est d’écouter l’histoire de Xavier et d’influer sur son déroulé en  l’orientant avec des mots, des villes, des sentiments de votre choix.
Deuxième possibilité, choisir que Xavier raconte VOTRE histoire: en vous connectant grâce à vos identifiants Facebook, il va piocher dans vos informations et vous racontera une histoire unique et personnalisée en rapport à votre vie sur ce réseau social.
Pourquoi ça marche ? D’abord parce qu’on a tous un peu le syndrome de Peter pan, comprendre par là qu’on prend toujours un certain plaisir à écouter des histoires et que ce dispositif répond à nos attentes en ce sens. Et ensuite, parce que nous aussi on s’est au moins dit une fois que « notre vie, c’est le bordel », on s’identifie facilement au personnage du film. Le dispositif va permettre d’apporter une sorte d’importance et de considération à nos histoires et  nous donner l’opportunité de se mettre à la place du « héros ».
Bien que la finalité de ce dispositif soit d’inciter l’utilisateur à découvrir le film, ce story-telling façon Casse tête chinois engendre une participation active de l’internaute et lui permet de prendre part à l’histoire ou d’en être même complètement au centre.
Et c’est cette immersion dans l’univers du film qui va permettre de créer une relation bien plus forte et personnelle que celle qu’engendrerait une bande-annonce par exemple.

Mais il existe bien d’autres manières d’impliquer le grand public et de le faire adhérer à l’esprit d’un film.

gravity-film-sandra-bullock_5

Dans un autre registre, pour la sortie du film Gravity, le 23 octobre dernier, l’agence FCINQ a conçu un dispositif qui plongeait directement l’internaute dansl’univers du film.
Dans cas où vous n’auriez pas entendu parlé de ce film, c’est (en gros) l’histoire de deux astronautes, perdus dans l’espace suite à l’explosion de leur navette et le tout soutenu par des effets spéciaux jusqu’ici jamais réalisés.
Grâce à un message relayé sur les réseaux sociaux, « MAYDAY MAYDAY Aidez-moi à gagner une place pour l’avant-première de #GRAVITY »,  l’internaute était invité à se rendre sur le site dédié à l’opération et à sauver un de ses amis, ce qui permettait à ce dernier de gagner une place pour l’avant-première du film.

gravity site
Encore une fois dans ce cas, outre le fait de promouvoir le film, ce mini-jeu, a permis aux joueurs de prendre part à l’aventure Gravity, en se perdant dans l’espace et en découvrant les personnages de façon ludique.

Toujours cette automne, c’est le film Carrie qui a suscité les réactions des internautes.
Tout a commencé par une vidéo filmée en caméra cachée : une jeune femme se fait renverser son café dans un bar de New-york, cette dernière réagit de manière inattendue puisqu’ elle possède des pouvoirs télékinésiques. Elle effraie alors l’ensemble des clients en déplaçant les tables, les chaises et les différents objets qui se trouvaient dans le café.

Cette vidéo ensuite diffusée sur Youtube a engendré 4 millions de vues en 24 heures et a été soutenu par un dispositif digital. Ce dernier permettait de poursuivre l’expérience en proposant aux internautes de poster depuis leurs comptes Instagram des vidéos où eux aussi dévoilent au grand jour leurs pouvoirs télékinésiques. Les vidéos étaient alors remontées sur le site www.flexlikecarrie.com grâce au hashtag Flexlikecarrie.

flexlike

Well content goes here

Well content goes here

Et pour poursuivre l’expérience Carrie encore plus loin, une application « Carrie seaux de sang » a été développée permettant aux utilisateurs de se prendre en photo et de se transformer en Carrie.
L’ensemble de ces opérations pour le film Carrie ont connu un franc succès puisqu’elles étaient en adéquation avec la cible visée, les adolescents.

Fort du constat que les internautes ne voulaient plus être passifs et étaient même beaucoup plus réceptifs quand leur participation était suscitée, la société de production Bonnie & Clyde a développé depuis le 2 décembre dernier une série participative.
Le principe ? Les twittos deviennent scénaristes de la série !
https://www.whatzeteuf.fr/
La série s’appelle What ze teuf et reprend le concept de Very Bad Trip, deux potes se réveillent le lendemain d’une soirée et ne se souviennent de rien: ce sont les twittos qui vont nous raconter la suite à travers leurs tweets.

what-ze-teuf-la-serie-qui-se-tweete,M134777

Chaque jour, l’épisode est donc écrit et réalisé grâce à l’idée d’un internaute.
Dans ce cas c’est le concept même de la série qui est au centre de la communication, c’est parce que le public peut proposer le scénario que la série gagne en notoriété et attire les téléspectateurs.

Suite à ces dernières tendances, on peut donc s’interroger sur les futurs moyens de promotion d’un film mais aussi sur l’évolution du rapport entre le cinéma et le grand public. A quand les internautes scénaristes pour le grand écran ?

 

Myrtille

Au pays de « BDDP & Fils »

logo-areabox-bddp

  Tout le monde se souvient de ces différentes publicités qui ont marqué les esprits par leur côté gênant et choc, mais aussi par leur côté émotionnel, qui nous prend aux tripes.                          Association DNF, Fondation Abbé Pierre, Arte… Ces diverses campagnes sont l’œuvre de l’agence de publicité qui allie stratégie et création publicitaire : BDDP & Fils, filiale de TBWA/France. Mardi 10 Décembre à l’ECS Paris, nous avons eu le privilège de recevoir le vice-président Stratégies et Développement de cette agence : Marco de la Fuente. Ancien chef de publicité chez CLM/BBDO, et ayant une riche expérience dans
Poursuivre la lecture

Joyeux Noël, Marque !!

Les fêtes de fin d’année approchent à grand pas, c’est un moment important pour chacun de nous mais aussi pour les marques, redoublant d’effort afin de se voir inscrire dans une tripoté de listes au PERE NOEL (ne soyez pas déçu, le mystère qui règne autour de cet étrange homme barbus ne sera pas élucidé dans cet article). Alors même si ces périodes de fin d’année représentent un important enjeu économique, c’est également une période ou le rêve et l’espoir sont mis à l’honneur, apportant paillettes, joie,  empathie et générosité à tous. Alors quelles sont les grandes techniques de communication
Poursuivre la lecture

BILLET D’HUMEUR : La télé-réalité

Tele-realite-comment-elle-s-est-imposee-en-France_portrait_w532

Née en Hollande, la télé-réalité permet de montrer la vraie vie des vrais gens dans ce qu’elle a de plus intime. L’origine du terme télé-réalité vient de l’expression anglaise « Real life soap ». Aujourd’hui ce concept s’est développé dans toute l’Europe… En France, c’est dans les années 80-90 que les émissions de télé-réalité ont commencé à émerger avec « Psy show, Perdu de vue ou encore Témoin n°1 », qui sont les premières émissions diffusées en France. Depuis la télé-réalité a évolué avec des émissions comme « Loft Story » ou encore « Star Academy » qui se rapprochent de
Poursuivre la lecture