Objectif Culture !

Affiche_La_Nuit_au_musée_2_2

Nous en parlions le 31 décembre dernier, 2014 allait de nouveau être une belle année dans la conquête du style. « Ne rien s’interdire et surtout pas d’avoir du goût », devenu notre leitmotiv, espérons que ces quelques mois écoulés vous auront été bénéfiques.

Seulement vous ne pensiez tout de même pas que pour briller en société, tenir des discussions et captiver son auditoire, seul le style vestimentaire comptait ? et la culture dans tout ça ?

Nous voici donc repartis à la conquête du goût, non plus de notre apparence, mais bel est bien de ce qu’il y a à l’intérieur, la Culture ! Un dîner entre amis, une soirée branchée, un cocktail, c’est décidé, nous ne passerons pas pour des incompétents des affaires culturelles !

feature_friends

Tour d’horizon des pratiques culturelles des français 

 

Selon l’Insee « Depuis plus de 20 ans, d’après les études du Ministère de la Culture et de la Communication, les pratiques culturelles se développent, mais de façon très inégale selon les domaines. Ainsi, si les salles de cinéma attirent moins de spectateurs, les autres équipements culturels sont de plus en plus fréquentés et les activités artistiques en amateur (musique, peinture ou encore théâtre) se diffusent de plus en plus ».

Il est à noter, qu’à niveau de qualification identique, les générations actuelles ont une connaissance plus faible de la culture classique que les générations précédentes. Nous prendrait-on pour des incultes ? Loin de là, simplement, la transmission de la culture classique se fait moins bien qu’avant. Il y a tout de même une diversification du champ culturel malgré la mauvaise transmission de la culture d’une génération à une autre.

Sur une année, 30% de la population va au musée, 15% au théâtre, 3% à l’opéra. Il y a par conséquent une grande disparité entre les catégories de population, le taux de fréquentation des institutions culturelles augmentant en fonction du diplôme et de la situation géographique des populations.

Les français ont plutôt une approche positive de l’offre culturelle

 

MUSEE-FABRE2

La gratuité : une des modalités d’accès à la culture ?

Pendant longtemps, les institutions ont considéré que la gratuité était le meilleur moyen d’assurer l’accès à la culture. Ce principe attestait des liens importants, existants entre l’éducation et la culture. Mais progressivement, nous nous sommes aperçus qu’assurer la gratuité ne suffisait pas à garantir une bonne fréquentation des institutions. Une montée des préoccupations de gestion a conduit à remettre en cause le principe d’exonération. Le rapprochement de culture et d’économie a généré une certaine marginalisation de la culture conduisant à remettre en cause ce principe de gratuité.

« Le principal problème est précisément aujourd’hui celui d’une hausse des prix (pour les collections permanentes et les expositions temporaires) qui contribue à décourager certains visiteurs friands de culture, y compris les jeunes : est-ce là un résultat souhaitable ? » soulignait Jean-Michel Tobelem (directeur de l’institut d’étude et de recherche Option Culture) en Février dans le Monde.


Y-a-t-il une corrélation entre gratuité et fréquentation ?

L’éducation joue un rôle dans l’accès à la culture, il ne faut donc pas se limiter à l’aspect financier. Des freins symboliques tels « je n’y suis jamais allé donc je n’ose pas y aller » ou alors « je n’ose pas dire que j’aime » se font sentir. En 2009, l’expérience de la gratuité sur plusieurs grands musées a été tentée. On a alors pu constater que dans certains cas la gratuité pouvait être considérée comme un levier pour favoriser l’accès à certains visiteurs. Il est à noter qu’elle favorise notamment le public étudiant. En tant qu’irréductibles « fauchés » que nous sommes, on ne peut pas écumer les soirées étudiantes du jeudi soir et dépenser dans les musées le week-end (la carte bleue ayant rendu l’âme trois jours avant cela va de soit).

etudiant

La gratuité fonctionne également pour les personnes qui fréquentent déjà l’institution. C’est une aubaine pour eux alors que ce n’est pas le but recherché. Seulement, « Le fait que la gratuité fidélise serait plutôt à prendre comme un résultat de poids, étant entendu que la fréquentation régulière des institutions culturelles (dans le théâtre comme dans les musées) constitue précisément un objectif de premier plan de toute politique culturelle ». Avec la gratuité les institutions souhaitent quant à elles, élargir leur public, attirer entre autre les personnes sans emploi puisqu’une part importante de ces personnes possède déjà un capital culturel important.

Vers une culture 2.0 ?

1/3 des français dispose d’au moins un ordinateur : il permet de rompre l’unité de temps et de lieu

Les activités dites culturelles ne sont plus nécessairement aujourd’hui associées à un support physique mais en même temps celles-ci peuvent être pratiquées dans un lieu physique : certains musées offrent désormais la possibilité d’être visités virtuellement directement depuis son ordinateur, tablette, Iphone et autres Smartphones. Les personnes qui se connectent le plus sont aussi ceux qui sortent le plus, qui ont des activités diversifiées. « Souvent connecté » ne veut pas nécessairement dire, discuter à longueur de journée sur les réseaux sociaux, entendons-nous bien. Je ne souhaite pas avoir sur le dos les parents de nos chers « ados », pour qui ce message prônerait l’autarcie « Facabookienne » dans laquelle ils sont plongés. Achetez leur donc un bon livre (cadeau « suspect » voir totalement dépassé diront certains) puisque ces dernières années, les activités de lecture ont été quelque peu délaissées contrairement au cinéma : 57% de forts lecteurs chez les cadres alors qu’en 1977 le taux était de 68%.

geek2

Le rapport de l’individu au temps a lui aussi évolué et le souci de l’immédiateté se pose. Et oui messieurs, mesdames, nous les impatients puissance 10 000, nous voulons tout et bien évidemment tout de suite. Ce principe d’immédiateté est renforcé par les habitudes de consommation qui poussent à démontrer que l’on peut s’acheter ce qu’on veut quand on le veut. On ne vous a jamais parlé du « Smartphone-Cafetière » ? Vous avez loupé quelque chose !

Ici s’achève notre bref tour d’horizon de la culture de notre « douce France, cher pays de mon enfance, bercée de tendre insouciance, je t’ai gardée dans mon cœur… ». Après tout c’est aussi ça la culture non ?  Nous nous retrouverons surement pour de nouvelles aventures mais d’ici là, portez-vous bien et surtout profitez !

Étudiant en Communication 365° à Paris, passionné de mode et musique, destiné à évoluer dans le secteur très prisé de la communication. D'un humour plutôt "douteux" dirons certains : le rire est l'apanage des grands hommes... Alors si on se donnait rendez-vous dans 10 ans ? Twitter Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>