Un rachat de 19 milliards de dollars pour le géant Facebook

whatsApp

Facebook rachète WhatsApp, l’application utilisée chaque mois par plus de 450 millions de personnes. C’est la plus grosse acquisition à ce jour dans l’histoire du réseau social, la plus importante pour une application mobile et l’une des plus imposantes dans le secteur des nouvelles technologies.

 

Le géant des réseau sociaux a annoncé il y a quelques jours, le rachat surprise de l’application WhatsApp, pour la somme faramineuse de 16 milliards de dollars (4 milliards en cash et 12 milliards en actions), soit 11 milliards d’euros. Les fondateurs ainsi que les employés de WhatsApp recevrons 3 milliards supplémentaires sous forme de stock option, faisant grimper l’addition à 19 milliards de dollars!

Facebook devient ainsi l’heureux propriétaire d’une des applications mobiles et tablettes les plus populaires au monde. Tout comme l’application Instagram, rachetée en 2012 par Facebook  pour 715 millions de dollars, WhatsApp gardera son nom et son indépendance.

 

Vous avez dit WhatsApp ?

Whatsapp capture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WhatsApp est une application mobile pour smartphone et tablettes qui intègre un système de messagerie instantanée et gratuite. L’entreprise a été fondée en Californie en 2009 par Jan Koum et Brian Acton, deux anciens ingénieurs de Yahoo!5.

L’application en quelques chiffres :

- 450 millions d’utilisateurs chaque mois partout dans le monde…

-  …soit 2 fois plus que le nombre d’utilisateurs actifs de Twitter

- 19 milliards de messages envoyés chaque jour

- 34 milliards de messages reçus par jour (soit presque autant que de sms)

courbe whatsApp

L’achat de WhatsApp montre une fois encore la volonté de Facebook de multiplier les applications mobiles pour s’imposer comme l’acteur indispensable des communications sur Smartphones et tablettes. Il avait d’ailleurs développé un outil de concurrence avec Facebook Messenger et en tentant de racheter Snapchat pour 4 milliards de dollars.

WhatsApp a un potentiel de croissance impressionnant : la progression de son audience est supérieure à celle de Facebook, Gmail, Twitter ou Skype lors de leurs premières années, puisque l’application enregistre un million de nouveaux utilisateurs chaque jour.

 

Mauvaise pioche ?

Depuis que le rachat a été annoncé, la nouvelle a été accueillie avec tiédeur. Le titre Facebook a perdu 2% dans les heures qui ont suivies.

Ce qui est remis en question, c’est le business modèle de WhatsApp. En effet, l’application est gratuite la première année (et payante 72 centimes par an ensuite) et sans publicité, y compris pour communiquer vers l’étranger. Ce modèle «freemium» permet, certes, d’attirer un grand nombre d’utilisateurs mais les résultats financiers n’ont jamais été communiqués, laissant envisager que l’appli pourrait ne pas être financièrement viable.

«On gagne de l’argent mais la chose importante n’est pas la monétisation. On se concentra dessus un jour mais pour l’instant le but principal c’est que le service de WhatsApp fonctionne», expliquait récemment son cofondateur Jan Koum.

 

Facebook remporte une bataille décisive dans la guerre des messageries

WhatsApp n’est pas le seul sur le marché de la messagerie en ligne. Au-delà du très connu Skype (Microsoft), il faut compter avec Viber (rachetée par Rakuten en février 2014), Line, KakaoTalk, WeChat, ou encore Tango.

Avec ce rachat, le géant Facebook vient de remporter cette « bataille ». Au-delàs du prix démentiel de cette acquisition, Facebook réalise un fabuleux coup de com, lui faisant prendre ainsi une longueur d’avance sur ces concurrents.

 

Trois jours après son rachat, panne mondiale de WhatsApp…

Capture d’écran 2014-03-02 à 12.24.58

 

 

 

 

 

 

Trois jours seulement après son rachat WhatsApp a essuyé une panne mondiale, le samedi 22 février.

Sur son compte Twitter, l’application a reconnu dans un message qu’elle avait des problèmes, qui, d’après l’une des explication avancée, était due aux serveurs n’auraient pas été préparés pour une grande affluence.

 

Plus qu’un simple réseau social

Facebook n’est plus qu’un simple réseau social. Avec ces deux acquisitions (Instagram et WhatsApp), le géant s’est positionné sur le créneau de la communication entre les individus, à l’échelle mondiale. Ainsi, il mange davantage de part sur le marché des opérateurs télécoms, à ceci prêt qu’il a besoin d’eux en temps que fournisseur d’accès à internet…

Mon parcours : > Licence Information-Communication à l'Université Paris VIII > Master Communication 365° à l'ECS Paris Côté pro : > Après être passée par plusieurs agence de pub et de communication, j'occupe aujourd'hui un poste de chef de projet communication chez l'annonceur dans le secteur de l'événementiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>