Le petit nouveau chez Facebook : le bouton « Want »

images-6

Après le « Like » et le « Share », Facebook lance une nouvelle application : le « Want ». Un nouveau concept révolutionnaire (ou pas) à vous de juger…

La nouvelle application du géant des réseaux sociaux fait déjà parler d’elle.

Son principe ? Très simple : montrer à ses amis Facebook quels articles on désire posséder et, bien évidemment, acheter ! Mais quelle différence avec Pinterest me direz-vous ? L’acte d’achat bien sûr ! Une nouvelle expérience de consommation à portée de main.

Le réseau social a pensé à tout : en créant le « Want », il assure une continuité entre la collectivité des fans de marques et la consommation de leurs produits.

En effet, les utilisateurs peuvent désormais sélectionner les « collections » des enseignes présentes sur Facebook, et créer leur « wishlist » en cliquant sur la fonctionnalité « Want ».

Le produit s’affiche ensuite dans la Timeline de l’utilisateur, et est visible par tous ses contacts. L’achat en ligne est aussi facilité : en cliquant sur le produit, le consommateur est directement redirigé vers le site de la marque, où il a la possibilité d’acheter.

Pour le moment, seules sept marques ont conclu un partenariat avec Facebook pour cette nouvelle application, encore en phase d’évaluation : Fab.com, Michael Kors, Neiman Marcus, Pottery Barn, Smith Optics, Victoria’s Secret et Wayfair. Selon le succès de l’opération, d’autres enseignes devraient s’ajouter à cette liste.

Et concrètement, quel est l’intérêt ?

Pour le consommateur, quoi de mieux que de se rapprocher des marques en affichant sur son profil, non seulement ce que l’on aime, mais aussi ce que l’on prévoit d’acheter ? Les fans seront désormais plus près de leurs marques favorites. Nous connaissions déjà le phénomène des fans qui « likent » uniquement les pages de marques, mais qui n’interagissent à aucun moment avec elles. Désormais, le passage à l’acte d’achat se concrétise. Et on peut décréter être fan d’une marque à partir du moment où on la consomme !

Pour les marques, l’intérêt est encore plus grand : une visibilité offerte directement sur la Timeline des fans… Et donc une présence encore plus importante sur le réseau social, qui représente à lui seul près de un milliard d’internautes dans le monde ! En outre, rien qu’en France, un internaute est présent en moyenne sur 2,8 réseaux sociaux. Les marques affichant le bouton « Want » pourront donc également compter sur un relai efficace de leurs produits sur les autres réseaux sociaux via Facebook. Cette visibilité accrue permettra aux marques de toucher toujours plus de consommateurs potentiels et d’attirer les plus méfiants puisque ceux-ci seront conseillés et submergés de toutes parts par les commentaires de leurs amis et le partage des « wishlists ». Sans oublier bien sûr les débouchés indénombrables pour les marques en terme de création de contenus sur leur page et d’interactions avec leurs fans.

Facebook a  de nouveaux enjeux économiques depuis son entrée en Bourse : le réseau se doit de proposer un plus à ses utilisateurs et promettre un atout à ses investisseurs, et surtout… des RE-SUL-TATS !

Alors même si Facebook jure croix de bois croix de fer de ne pas toucher de commission sur les transactions réalisées grâce au bouton « Want », comment le géant américain va-t-il faire pour dégager des bénéfices ? Et oui, ne soyons pas naïfs, Facebook n’est pas là pour réunir le monde entier en son sein mais bel et bien pour augmenter son chiffre d’affaire.

Tout d’abord, le e-commerce est aujourd’hui le fer de lance de bien des marques : en France, entre 2011 et 2012, nous avons enregistré 19,5% de croissance sur le e-commerce. Il serait donc temps que Facebook se lance dans la course et y ajoute sa petite touche personnelle : le f-commerce.

Facebook pourrait aussi s’en sortir en faisant payer les marques pour mettre en avant certains produits plutôt que d’autres, comme il le fait déjà avec les « promoted posts »… Mais est-ce bien loyal ?

Enfin, le bouton « Want » pourrait être LA solution face aux problèmes des revenus publicitaires… Et oui, on sait que depuis quelques temps Facebook rencontre certaines difficultés à monétiser son succès, ce qui rend quelque peut sceptiques les actionnaires qui demandent plus de garanties et de résultats.

Bref, Facebook a soif de pouvoir, et veut être omniprésent dans la vie de ses utilisateurs. Le rachat d’Instagram pour la modique somme de un milliard de dollars, n’a pas pour autant apaisé le géant de sa peur de devenir obsolète.

L’image étant d’actualité, Facebook est décidé à communiquer avec cet outil, bien plus ludique, plus sympathique et plus rapide qu’un pavé de texte. Une simple image peut faire la promotion de la marque : photos de la nouvelle collection de telle marque, photo d’une tenue Victoria’s Secret dans une Wishlist… inutile d’en dire plus que nécessaire, la photo suffit à augmenter la visibilité de la marque puisque tous nos amis Facebook peuvent voir le contenu de notre Timeline mais aussi l’échanger et le partager.

Mais cela va-t-il fonctionner auprès des utilisateurs ?

Et oui, les marques sont tout à fait conscientes du problème des données personnelles, de même, Facebook connaît aussi ses limites. Le récent incident sur les messages privés apparaissant sur la Timeline (reconnaissons le, on a tous eu une petite montée d’adrénaline ce lundi 24 Septembre 2012) a bel et bien prouvé à Facebook que les internautes sont frileux quant à leurs données personnelles… Cap’ ou pas cap’ de communiquer autant de données, type données bancaires, au géant américain ? Pas certain…

Cependant, ce nouveau bouton pourrait être un moyen plutôt sympas de faire passer des messages subliminaux à tous nos contacts… « Cette petite robe me plaît »… « Au fait c’est bientôt mon anniversaire » etc…

Noël approche à grands pas… Coïncidence ou plan bien préparé ?!

Mais l’apparition de ce bouton « Want » ne pourrait être en réalité qu’un effet de mode. Seule la période de test pourra nous renseigner sur le succès (ou le flop) de cette opération.

En définitive, le « Want » n’est autre que purement commercial, contrairement au « Like », qui peut être comparé à un clin d’œil, un soutien, une façon d’exprimer son opinion par rapport à un sujet donné…

Aujourd’hui, sommes-nous réellement prêts à communiquer encore plus nos habitudes de consommation, alors que l’on sait déjà que Facebook est considéré comme une base de données ultra qualifiée pour les marques ?

Facebook va-t-il nous résumer à ce que l’on consomme ? Ou à que l’on est ?  « Je consomme, donc je suis » ? A méditer…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>