La création reconnue d’utilité publique ?

La dernière campagne de la Fondation Abbé Pierre, signée BDDP et Fils, est emblématique.

Caroline Baumont et Aurore de Sousa, respectivement conceptrice-rédactrice et directrice artistique, sont les auteures de cette campagne. Un concept qui a été décliné en print et en vidéo. Parmi leurs budgets Cadbury, Beko et Corsairfly, elles mettent aussi leur imagination au service de tous les mal-logés de France.

Cette année, les agences françaises ont été particulièrement inspirées. Elles ont prouvé qu’elles sont tout aussi talentueuses quand il s’agissait de réfléchir sur des communications sans but lucratif. Les créatifs s’emparent des organisations non gouvernementales et des associations reconnues d’utilité publique pour sublimer leur message. Parmi d’autres, les campagnes Reporters sans frontières, Action contre la faim et Fondation Abbé Pierre sont à distinguer. Campagne décalée, choc ou émouvante, le message est toujours efficace sur ces trois campagnes de sensibilisation.

 

 

 

Dernièrement, le travail de l’agence DDB° est aussi à saluer. La qualité des créations est controversée mais elle a gratuitement créé sept affiches contre l’illettrisme en France. Une gratuité qui mérite d’être soulignée puisque c’est assez rare. Une démarche nécéssaire car  les associations n’ont bien souvent pas assez de fonds pour payer des honoraires qui s’ajoutent à l’achat d’espace.

La création d’utilité publique est à encourager. La multiplication des campagnes permet aux associations de récolter toujours plus de dons tout en médiatisant leur cause. Le prochain grand enjeu national aura lieu pendant la mobilisation du Sidaction en 2013.  La qualité des créations et des évènements sera de nouveau déterminante. En 2007, la campagne AIDES de l’agence TBWA avait été fédératrice. Elle signa « c’est le sida qu’il faut exclure, pas les séropositifs »

Pourquoi le gouvernement ne solliciterait pas les grands groupes de communication en créant une semaine publicitaire caritative ? Une initiative qui profiterait d’abord aux associations mais aussi aux agences qui replaceraient la publicité dans une autre perspective.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>