La communication virale : une nouvelle tendance exploitée par les marques

Sans titre1

« Le bouche à oreille est le meilleur des médias », dixit Bill Bernbach, une personnalité influente de l’histoire publicitaire américaine.

Aujourd’hui plus communément appelée « communication virale » (tirée du mot « virus », qui se propage rapidement), ce nouveau phénomène s’est digitalisé avec l’arrivée du web 2.0. Encore plus conséquent depuis l’arrivée des blogs, forums, réseaux sociaux et plateformes de vidéo, la communication virale est un nouveau moyen de faire du bruit autour d’une marque à moindres coûts.

Sans titre2

Une nouvelle manière pour les marques d’«être dans le coup »

Nouvelle génération et nouveau mode de consommation, les marques s’adaptent et cherchent à toucher le consommateur dans son univers. C’est pourquoi les études comportementales sont de plus en plus en vogue car il ne s’agit plus de raconter une histoire ou de toucher un maximum de gens, mais d’impliquer la cible dans l’histoire de la marque. Cette nouvelle approche est un moyen de créer de l’engagement et une proximité entre la marque et le consommateur.

La communication virale est exploitée par Mr et Mme « Tout le monde ». Ces gens de la vie de tous les jours cherchent à être connus par tous les moyens. Parfois ça fonctionne, et parfois non !

Lorsqu’un buzz est lancé et prend de l’ampleur sur la toile, c’est l’effet boule de neige qui va inciter les marques à suivre la tendance.

Les buzz du moment

Ces derniers jours, on a vu sur la toile 2 phénomènes qui en quelques semaines ont pris une ampleur démesurée : le « Allo » de Nabilla et le fameux Harlem Shake.

 

« Allo quoi ! »

« Les Anges de la téléréalité », un concept !

Réunissant tous les personnages de diverses téléréalités, ce programme n’est pas réputé pour être un des plus culturels mais peut être un des plus divertissants. Des coups de gueule aux bagarres, en passant par un langage très primaire, « Les anges de la téléréalité » n’est ni un modèle pour la génération à venir, ni une éloge pour les jeunes adultes dont nous faisons partis.

Un « excellent » casting pour cette 5ème saison

Des candidats de plus en plus sans gêne, loin d’être pudiques, cette saison s’avère être une des plus fructueuse en terme de, excusez nous du terme, « conneries » débitées à la seconde mais ça fonctionne !

Cette année, « Les anges de la téléréalité » sur NRJ 12 a réalisé un nouveau record d’audience, qui monte à plus d’1 million de téléspectateurs.

Devront-on avoir peur de notre société qui se nourrit d’un mélange de bêtises et de voyeurisme ? En attendant les media ne se lassent pas d’en parler !

Sans titre3

Dernière trouvaille en date … Nabilla

Ancienne candidate de « L’amour est aveugle » en 2011, Nabila rêve de devenir mannequin. Elle en est aujourd’hui à sa 2ème participation aux « Anges de la Téléréalité » et se fait davantage remarquer cette année que la précédente.

On peut dire que cette jeune femme aussi naturelle qu’intelligente a tout compris au concept de l’émission … plus on se fait remarquer, plus on devient « connu ». Mais pour combien de temps et à quel prix ?

La jeune Barbie brune ne cesse d’enchainer les boulettes et devient la « cruche » de service.

« C’était la guerre mondiale de 78 », « Il faut se méfier du loup qui dort » et la dernière en date « Allô, non mais allô quoi ? T’es une fille et t’as pas de shampoing ? Allô ? Allô ? Je sais pas, vous me recevez ? T’es une fille, t’as pas de shampoing. C’est comme si je te dis t’es une fille t’as pas de cheveux ! » sont les plus belles preuves qu’être brune ne rime pas forcément avec intelligence.

Avec toutes ses phrases cultes, Nabilla devient la risée du web en un temps record.

Des parodies dans tous les sens

Plusieurs montages vidéo ont été effectués comme « Die Hard », « Phone Game », « Hitler » …

Au delà de ces montages, des personnalités comme Audrey Pulvar, Mathieu Delormeau, Ayem … et les candidats ont imité l’ange aux formes généreuses.

Sans titre

Pour aller encore plus loin, les marques surfent sur la tendance et s’empare du buzz pour faire parler d’eux.

De Ikea, Kelloggs, en passant par Oasis, Taft ou encore Dop, les annonceurs reprennent la phrase culte de Nabilla en l’adaptant à leur produit.

marque buzz

Oasis, une des marques les plus réactives sur les buzz du moment, la marque parodie Nabilla : « T’es un fruit et t’as pas de pépins ?! Non mais à l’eau quoi !!! »

Capture

Autre phénomène : Le HARLEM SHAKE

Après le phénomène du Gangnam Style, le Harlem Shake fait son entrée. C’est le nouveau clip qui cartonne sur la toile. Mis en ligne sur YouTube le 2 février dernier, il compte déjà plus de 50 millions de vues.

La musique ? Elle est tirée du morceau Harlem Shake, du DJ et producteur américain Baauer.

Le concept ? Elle est composée de deux parties : la première met en scène une personne casquée ou déguisée dansant seule au milieu d’un groupe occupé à des tâches banales en apparence. Puis, toutes les personnes déguisées dansent dans tous les sens.

Le phénomène ? On compte déjà plus de 50 000 versions pour un total de 120 millions de pages vues.

Oasis s’est également de ce buzz pour entretenir une image « jeune », « être dans le coup » et « fun » : Oasis, la plus vitaminée : les fruits se secouent les pépins au rythme du Harlem Shake.

harlem-shake-tendance

Internet, un moyen d’amplifie la communication autour de la marque et de lui associer via les buzz une image tendance et fun.

 

Ce phénomène va-t-il lasser les consommateurs ou entretenir une réelle relation avec les marques ?

See you soon :)

Love, sex and fun

Aline et Camille

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>