Ces émissions qui font de nous des consommateurs de plus en plus accros

the-voice-france-2

Hormis les spéculations sur le bug de l’an 2000, cette année a été témoin de la naissance d’émissions de téléréalité de natures différentes. Loft Story, Star Academy, PopStar, etc. ont vu le jour pour le bonheur de tous. Une solution innovante permettant aux téléspectateurs de rêver, d’espérer et de croire en quelque chose. « Eh ! Toi qui regardes la télé, tu peux aussi être une star et réaliser ton rêve ! » : ceci est le message principal de ces programmes.

 À cette époque, la nouveauté, l’authenticité de ces programmes suffisaient à entretenir l’envie de s’asseoir tous les jeudis ou samedis soirs devant un téléviseur pour retrouver nos candidats préférés. Cependant, après plusieurs saisons, ces émissions se sont essoufflées et n’ont pas réussi à susciter un intérêt suffisant dix ans après.

Notre façon de communiquer a été bouleversée durant ces dix dernières années. Facebook, Twitter, Instagram et bien d’autres réseaux sociaux, sont devenus nos meilleurs amis, nos confidents, notre moyen d’expression le plus légitime. Ils sont devenus incontournables et sont maintenant incorporés dans les stratégies de communication de toutes les entreprises qui ont compris où était le nerf de la guerre. Ils permettent à leurs utilisateurs d’être au fait des dernières tendances, informations importantes mais aussi de suivre des émissions télévisées sans même être devant leur téléviseur. Pour que ces émissions de télé ne soient plus obsolètes, il était tout à fait normal que les chaînes de TV trouvent un moyen d’exploiter ces plateformes numériques à leur avantage.

Comment faire pour que ces émissions reviennent au goût du jour ?

Loft-story-logo-hdEn 2001 est arrivée l’émission Loft Story sur M6. Une émission avant-gardiste directement issue du scénario de Big Brother : la toute première émission de téléréalité. Elle avait pour mascotte un blond, une blonde et une piscine. Les prouesses de Jean-Edouard et Loana dans la piscine ont été mémorables ! Elles ont suscité un intérêt remarquable avec plus de 26% d’audience supplémentaire soit 5,2 millions de téléspectateurs. La même année, sont arrivées les premières émissions de téléréalité musicales avec Star Academy et PopStar. Des émissions novatrices qui attiraient massivement des millions de téléspectateur. En ce temps, il n’y avait pas autant d’effervescence autour d’internet, des réseaux sociaux ou autre. Maintenant, tout est différent ! Nous passons deux fois plus de temps devant nos écrans d’ordinateurs à pianoter et à rechercher sur internet ce qui pourrait nous plaire. C’est donc pour cela que les nouvelles émissions comme « The Voice » ont décidé de voir les choses autrement en anticipant le changement. En voyant que les réseaux sociaux étaient incorporés dans notre quotidien, TF1 et son Directeur des programmes Fabrice Bailly ont choisi de développer des contenus maîtrisés sur les tablettes et les réseaux sociaux instaurant ainsi une interaction entre l’émission et les téléspectateurs.

« The Voice » sur le chemin de la réussite…

 Comment « The Voice » transforme t-il les téléspectateurs en consommateurs ?

the-voice-france« The Voice » est un concours de talents original, qui revisite complètement l’approche de ce type d’émissions. Ce concours a débuté en France le 25 février 2012. C’est un concept qui vient des Pays-Bas et qui remporte un franc succès dans ce pays. Il met en valeur la pureté du talent car ce n’est que sa voix qui compte dans un premier temps. En effet, avec une mécanique originale – les auditions à l’aveugle et des fauteuils qui se retournent – le talent du candidat peut être pleinement savouré et cela sans artifice. Cette émission est à la recherche d’un talent brut qu’elle pourra façonner au fil des directs et des ateliers de coaching. « The Voice » cherche à s’appuyer sur la pureté des talents en prenant des candidats qui pourront évoluer. L’objectif est de donner la possibilité aux talents d’exploiter au maximum leur art en les mettant dans des conditions professionnelles (orchestre lors des auditions).

jenifer-louis-bertignac-florent-pagny-garou-coachs-de-the-voice-10645350dbsmwPour une émission de ce genre, un concept nouveau ne suffit pas. Il est nécessaire d’avoir l’appui de personnalités qui sont propres au pays où se déroule l’émission. En France, nous avons Garou (comédie musicale Notre-Dame de Paris), Jenifer (gagnante de la Star Academy 1), Louis Bertignac (guitariste du groupe français Téléphone) et Florent Pagny (célèbre chanteur et acteur français). De façon générale, le rôle du jury est assez simple et classique. Il doit donner son avis sur le candidat et sur sa prestation tout en respectant le concept « Télé Feel Good » imposé par la production. Notons que certaines émissions comme « À la recherche de la nouvelle star » ont vu leur audience croitre grâce au franc parlé de Marianne James. « The Voice » compte utiliser son jury, mais d’une autre façon. En effet, le rôle du jury est sensiblement différent de ce qui s’est fait jusqu’à aujourd’hui. Il n’est plus question que d’un jury mais aussi de coachs. Des coachs qui choisissent les candidats en fonction de leur perception de la musique, de leur affinité et de leur expérience du monde de la musique. Ils prennent la responsabilité d’amener le plus loin possible un candidat en l’aidant à se surpasser, à donner le meilleur de lui même. Ce qui développe des liens forts entre les coachs et les candidats car il y a une notion d’accompagnement et de transmission de savoir.

« The Voice », c’est surtout la première émission conçue pour les digital natives, comme pourrait le confirmer le directeur des programmes de TF1. L’une des particularités de « The Voice » est que le téléspectateur dispose de plusieurs clés d’entrée. Les auditions à l’aveugle, les battle ainsi que les live constituent les trois phases différentes de cette émission. De plus, un téléspectateur peut s’intéresser à l’émission par l’intermédiaire des talents, des coachs, mais aussi par l’intermédiaire de Nikos Aliagas, l’animateur. Le public de cette émission est donc assez multiple. Il y a plusieurs communautés associées à chaque clé d’entrée. Les gens qui suivent tous les samedis soirs « The Voice » ne sont donc pas que des téléspectateurs. Etant donné que cette émission peut être consommée sur différents supports, nous pouvons caractériser les téléspectateurs de consommateurs. En effet, « The Voice » peut être consommé à la télévision, sur une tablette ou sur un Smartphone afin de pouvoir accéder à un contenu enrichi. Le contenu qui est développé sur chacun de ces supports doit être efficace, coordonné, maîtrisé et adapté à chacune des cibles.

635x356-5eme-coach-ecrans-10853474zupss

Le consommateur choisit de consommer l’émission sur le support qui lui est le plus adapté. Grâce à la collaboration avec Shine, producteur sur MyTF1.fr, la marque « The Voice » a pu mettre en place un développement numérique propre à la France. Ce qui a multiplié le nombre de tweets par cinq entre la première et la deuxième saison. Il faut aussi dire que l’animateur, Nikos, est très présent sur les réseaux sociaux et principalement Tweeter. Il tweet instantanément, et même pendant le direct, tous les faits marquant qui permettent de rendre plus accessible cette émission, les candidats et le jury. Pour encore développer l’attractivité entre l’émission et les consommateurs, des applications comme « le cinquième coach » sur le deuxième saison on été développées.

« The Voice » est une émission qui est réactive à l’évolution du digital car dès le départ un développement numérique était prévu. L’objectif est de réussir à enrichir l’offre constamment de façon à susciter un intérêt continu. C’est avec un contenu enrichi que l’offre peut être améliorée. Ce contenu doit être d’aussi bonne qualité qu’à l’antenne. L’interaction entre l’émission et les consommateurs via les différents supports doit être cohérente entre tous les écrans.

LogoD’autres émissions comme « Top Chef », « Le meilleur pâtissier » ou « Danse avec les stars », veulent aussi prendre le train en marche et cherchent à basculer dans l’univers du 2.0. « Danse avec les stars » est une émission qui n’est pas nouvelle aux Etats-Unis et en Angleterre. Cependant, ce n’est qu’en France que le développement de l’émission sur le numérique a été effectué de façon efficace. Un buzz autour de l’émission a été créé en amont par le biais d’un flash mob afin de pouvoir susciter l’intérêt du téléspectateur et lui donner envie de consommer. Toujours pour rester connecté et donner la possibilité aux consommateurs d’être informé, la conférence de presse de lancement a été diffusée sur MyTF1.fr. Ce, qui a amené de nombreuses interactions sur les réseaux sociaux. Les tweets en direct à l’antenne ont été inaugurés pour la première fois lors de la première émission.

« The Voice » est arrivée au bon moment par rapport à l’évolution de la technologie avec le développement des tablettes et l’usage des réseaux sociaux. Dans le futur, il semblerait qu’elle aura toujours un œil sur l’évolution technologique et qu’elle s’adaptera au mieux à chaque fois. Jusqu’où pourra t-elle anticiper ces changements, ces évolutions ? Telle est la question.

Sources : CBNEWS Septembre 2013 – N°23, pure poeple, TF1.fr

Jeune homme de 26 ans, Ancien athlète de haut-niveau qui décide (enfin) de prendre sa vie en main et d'assurer son avenir professionnel (Et oui, moi aussi je veux une grande maison, une femme, 5 enfants et 10 chiens. Lol!) Fan de publicité (je suis capable de saouler mes potes à chaque fois qu'une pub passe à la télé en la récitant par coeur -__-"), de créa, de dessins, de musique (de Beethoven à Jay-Z) et de technologie. Regarder les chaînes Arte ou Découverte = No way! Bowling (++) plutôt que Boîte (---) Une casquette professionnelle, plus d'infos sur les liens suivants   : LinkedIn Viadeo

4 comments

  1. djen   •  

    un article très bien écrit qui permet de réaliser l’impact des réseaux sociaux sur le succès ou non des émissions de télé réalités dans un contexte d’évolution technologique remarquable.

  2. GUION-FIRMIN GWLADYS   •  

    Merveilleuse mise ne exergue de cette société consommatrice….même ce qui devrait être 1 « plaisir » est soumis à 1 maîtrise extérieure dont on n’a évidemment pas conscience. Beau jeu de marionnettiste….quelle dépendance! Pas certaine que ns soyons tous clairvoyants là-dessus! Très bel article. BRAVO!

  3. Guillaume   •  

    Parallèle très intéressant entre émissions de divertissement et évolution des technologies.

    Ce petit historique souligne très bien le virage et le parti pris des directeurs de programme : utiliser « contre eux » ce que les gens aiment pour mieux les fidéliser.

    Bravo !

  4. christie   •  

    je ne suis pas une fan d emission tele realité car cest vrai comme le dit l article au debut c est interressant, cest de la nouveauté et plus le temps passe plus ca devient banal voir ennuyant! De plus la télé réalité pousse les jeunes a croire que la vie d adulte c est exposé leur vie privé a la TV ou site internet ce qui peut bien évidemment leur nuir !! En ce qui concerne les emissions de musique comme the voice cest bien plus interressant et il y a bien plus de talent que dans nouvelle star ou autre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>